Pedro Sánchez n’est pas apparu au Congrès pour expliquer l’opération en Afghanistan

Le Gouvernement délègue au Ministre des Affaires étrangères la responsabilité de donner des explications sur l’opération

Pedro S
Pedro Snchez, ce mardi, en Conseil des ministres.EFE

Le président du gouvernement, Pedro Sánchez, ne s’est pas présenté au Congrès des députés pour expliquer l’opération d’évacuation menée par l’Espagne en Afghanistan. L’exécutif a délégué cette tâche au ministre des Affaires étrangères, Jos Manuel Albares. A La Moncloa, ils considèrent que c’est le chef du département qui doit donner des explications et ainsi éviter au directeur général d’affronter l’opposition, qui réclame sa présence à la Chambre basse ces jours-ci.

Le Congrès débat ce mercredi des demandes de comparution du Premier ministre et de 10 ministres, mais pour tenter de désactiver le débat, lundi soir, le Gouvernement a enregistré les comparutions à la demande d’Albares, Carolina Darias (Santé) et Teresa Ribera ( transition écologique). Ils n’envisagent pas non plus la présence de la ministre de la Défense, Margarita Robles, ou du chef de l’Inclusion et de la Migration, Jos Luis Escriv, départements clés de l’opération d’évacuation de l’Afghanistan.

À La Moncloa, ils considèrent que la présence de Sánchez au Congrès n’est pas une priorité et que, en outre, la présence du chef de l’exécutif servira à donner de l’oxygène à l’opposition qui, selon eux, est désactivée devant le soutien international que le gouvernement a reçu pour sa performance sur la crise afghane.

Éviter de parler de la lumière

Cette décision évite également au Premier ministre d’avoir à donner des explications sur des situations qui gênent la coalition, comme par exemple la hausse de l’électricité. Cette affaire sera déléguée à la troisième vice-présidente, Teresa Ribera, qui, bien que paraissant rendre compte des actions dans les incendies de cet été, la facture d’électricité va sûrement focaliser les critiques de l’opposition.

« Nous pensons que la chose la plus appropriée est que les ministres puissent comparaître la semaine prochaine », a déclaré Isabel Rodríguez, porte-parole de l’Exécutif et ministre de la Politique territoriale, après la tenue du premier Conseil des ministres après la pause estivale.

Le gouvernement considère qu’en septembre, il y aura déjà une activité au Congrès et que, par conséquent, Sánchez pourrait être interrogé par l’opposition lors des séances de contrôle.

Cette position du gouvernement, pour protéger l’apparence de Sánchez, a provoqué les critiques de l’opposition. Ce même mardi, le PP y a insisté. Le secrétaire adjoint à l’organisation de la populaire, Ana Beltrn, a fait jusqu’à présent les explications principalement via les réseaux sociaux : « Il ne se peut pas qu’il ne parle pas à l’endroit où il doit donner des explications, mais qu’il le fasse à travers un tweet ou une photo à Moncloa. »

« Ce mois qui restera dans les mémoires comme le mois d’août noir de l’administration Sanchez, jamais auparavant le silence d’un président n’a été aussi retentissant », a-t-il déclaré, assurant que « le silence est la monnaie avec laquelle Sanchez paie tous les Espagnols lorsque les choses tournent mal ».

Vous pourriez également aimer...