Pedro Sánchez se vante d’avoir atteint 70% de vaccination 14 jours après ce qu’il a promis et fixe 90% comme prochaine étape.

« Objectif atteint, engagement atteint, félicitations à tous car c’est une réussite collective », a déclaré le président du gouvernement lors d’une cérémonie à côté du premier vacciné en Espagne, Araceli Hidalgo.

Pedro S
Pedro Snchez intervient dans l’événement organisé dans les locaux du Service centralisé de vaccination de Guadalajara.Javier LiznEFE
  • Direct dernière minute sur le coronavirus
  • Vaccination « L’objectif est de vacciner 90% le plus tôt possible. Nous irons en octobre ou novembre »

C’est Pedro Sánchez qui a activé le compte à rebours. « Nous ne sommes qu’à 100 jours d’atteindre l’immunité de groupe, c’est-à-dire d’atteindre 70% de la population espagnole vaccinée et donc immunisée. » Et il a réitéré cet objectif dans les jours qui ont suivi la moindre opportunité offerte par ses apparitions et événements publics. « Il y a 99 jours », « 98 », « 97 », soustrayait le Premier ministre. Ces comptes ont établi que le jalon devait être atteint le 18 août, cependant, 70% de la vaccination n’a finalement été atteint qu’hier, le 1er septembre, soit 14 jours après la date promise. Pendant ce temps, la variante delta du coronavirus a également tronqué les plans pour atteindre « l’immunité de groupe » souhaitée avec ce pourcentage, après que les experts ont estimé qu’il faudra beaucoup plus de vaccins pour s’en protéger.

Malgré ce retard dans les objectifs que le même président a établis et réitérés publiquement, Sánchez s’est vanté ce jeudi du « succès collectif » d’avoir déjà 70% de la population espagnole avec la ligne directrice complète et 90% a maintenant été défini comme la prochaine étape. de la campagne. C’est-à-dire, cette fois sans donner de délais ni rendre les comptes.

Sánchez a célébré le chiffre de 70% lors d’un événement à Guadalajara, où la campagne a commencé le 27 décembre avec la première femme espagnole à recevoir le vaccin, Araceli Hidalgo, une femme de 96 ans qui figurait ce jeudi parmi les invités de la Moncloa , ainsi que avec Carmen Carbon, l’infirmière qui a eu « l’honneur » de faire cette première crevaison.

Snchez, qui est entré dans l’auditorium du centre de San Jos avec Araceli, a été enthousiasmé par cette étape. « Objectif atteint, engagement atteint, bravo à tous car c’est une réussite collective », a-t-il déclaré. Et il est optimiste pour l’avenir. « Nous avons atteint 70% et nous visons maintenant 90%. »

Accompagné de la ministre de la Santé, Carolina Darias; et le président de Castilla-La Mancha, Emiliano Garca-Page, Sánchez a souligné que l’Espagne « est en tête de la vaccination parmi les 20 économies les plus importantes du monde » et a souligné que le « patriotisme » consiste à reconnaître ce type de mérite.

« Nous sommes à 70 % vaccinés et à 100 % fiers et confiants de gagner cette bataille », a-t-il déclaré lors de son discours.

Le président du gouvernement a rappelé que lorsque la campagne de vaccination a commencé dans ce même centre de Guadalajara, « nous vivions dans une incertitude absolue et marchions dans l’obscurité ». Pour l’instant, un an plus tard, avoir repris espoir d’être « encore plus près de pouvoir surmonter cette pandémie ».

Le premier vacciné : « Que personne n’ait peur »

Avant de commencer l’événement, Araceli Hidalgo, la première femme espagnole à recevoir le vaccin, a souligné l’importance de ce processus de vaccination et a encouragé toutes les personnes portées disparues à le faire dès que possible. « Il faut se faire vacciner, je dis à tout le monde, n’ayez pas peur et faites-vous vacciner », a-t-il déclaré.

Ainsi, la vieille femme a voulu dissiper les craintes de ceux qui doutent en soulignant à quel point elle est « géniale » et qu’elle n’a eu aucune réaction « ou quoi que ce soit » lorsqu’ils ont été vaccinés. « Qu’ils soient courageux, qu’ils se fassent vacciner, qu’ils n’aient pas peur », a-t-il insisté dans son appel à questions auprès des médias.

La vie d’Araceli est plus calme qu’avant dans la résidence Los Olmos à Guadalajara, puisque tous ses compagnons ont la ligne directrice complète et sont mieux protégés contre le coronavirus. Pendant ce temps, elle a avoué que sa famille, en particulier ses quatre petits-enfants et son arrière-petite-fille, sont « très heureuses et fières » qu’elle soit « célèbre » pour avoir été la première femme espagnole à recevoir le vaccin. « Ils m’appellent tout de suite », a-t-il déclaré, alors que c’était à la télévision.

Vous pourriez également aimer...