Pedro Snchez affirme ressentir « la honte de quelqu’un d’autre » de l’opinion que lui ont véhiculée les dirigeants européens de Pablo Casado

Il affirme que l’Espagne « va aller mieux » et entame une « reprise solide et juste » et accuse le PP de « jouer avec l’espoir des Espagnols »

Sánchez ressent « la honte de quelqu’un d’autre » de l’opinion que lui ont exprimée les dirigeants européens de CasadoLE MONDE (Vidéo) // EFE (Photo)
  • Financement L’autre bataille autonome contre Mara Jess Montero : les régions exigent le maintien des fonds Covid pour l’année prochaine
  • Débat territorial Le gouvernement conçoit un protocole pour que les communautés autonomes se disputent les organisations qu’il retire de Madrid

Après 17 semaines d’absence de la session plénière du Congrès, le président du gouvernement a profité de son passage aujourd’hui dans l’hémicycle pour assurer que « l’Espagne va mieux » avec une « reprise robuste, solide et juste », contrairement à celle cela a conduit le gouvernement de Mariano Rajoy à surmonter la crise financière que lui avait laissée l’exécutif Zapatero.

À cette intervention triomphale, le chef du PP, Pablo Casado, a répondu en qualifiant Pedro Sánchez de « cynique » et « d’incompétent » et en supposant que ce sera un futur gouvernement présidé par lui qui retirera pour la troisième fois l’Espagne de la « faillite ». Le président a répondu en appelant le chef de l’opposition à clarifier « si l’Espagne est en faillite ou en reprise », « si des emplois sont créés ou non », « si l’économie croît ou non ». Et, de plus, après lui avoir reproché de « dire du mal de l’Espagne » dans l’UE, il a affirmé ressentir « la honte de quelqu’un d’autre » face aux propos tenus par les dirigeants européens sur Casado lui-même, et ce qu’il dit sur l’Espagne et le gouvernement.

« Avec de nombreux collègues à qui vous parlez lors des réunions pré-événement Conseil européenEnsuite, ils me disent ce que vous dites sur le gouvernement espagnol et j’ai honte des autres. Ne savez-vous pas que vous faites d’immenses dommages non seulement à la réputation de l’Espagne, mais que vous minez également la confiance des citoyens dans notre système démocratique ? (…) Ne pas nuire à l’Espagne en dehors de l’Espagne. Ne le laisse pas mal, il le laisse. Surtout tu as mauvaise mine. Quand je dois écouter certaines des choses que vos collègues disent de vous, eh bien… ».

Sánchez n’a pas hésité à frapper le premier parti d’opposition et à faire des comparaisons entre sa stratégie, un social-démocrate, et celle de son prédécesseur néolibéral. Le président a choisi une nouvelle fois d’enfiler un discours d’opposition à l’opposition, de prendre courage du haut niveau de vaccination contre le Covid, de la transition écologique pour faire face à la crise énergétique, de la lutte contre le volcan de Paume et, en fin de compte, promouvoir une nouvelle étape de prospérité économique et de création d’emplois.

Dans son deuxième discours, Snchez a accusé Casado de « jouer avec le nombre de personnes tuées par Covid et avec « l’espoir du peuple espagnol » et l’a qualifié d’« irresponsable » qui se livre à « la désinformation et la démagogie » en plus de défendre des intérêts cachés qui « ne sont pas ceux des citoyens ordinaires ».

« Vous minez la confiance des citoyens dans le système démocratique et portez préjudice à l’Espagne à l’étranger », lui a-t-il reproché. « Quand j’entends des choses que vos collègues disent de vous, j’ai honte des autres », a-t-il déclaré avant de demander à Casado de « réfléchir » et de « ne pas mettre de bâtons dans les roues ».

Pedro Snchez a assuré que son gouvernement « se conforme » et a mis toutes les médailles revendiquant pour son gouvernement le succès d’être une « référence » internationale. « Nous sommes sur la bonne voie », a-t-il insisté après avoir souligné que « l’économie se développe et des emplois sont créés » et accusé Casado de mentir lorsqu’il parle de quatre millions de chômeurs alors qu’il n’y en a que 3.275.000.

« L’Espagne progresse vers une reprise robuste et avec des créations d’emplois intenses », a-t-il indiqué avant de comparer la sortie de crise du Covid avec celle promue par le gouvernement PP pour surmonter la crise financière en 2008. Le président a insisté : « Non il n’y a aucun doute que nous sommes face à une reprise robuste et solide, bien plus juste que celle promue pour sortir de la crise financière ».

Snchez a attaqué le PP, au gouvernement duquel sous la présidence de Rajoy, a attribué que l’Espagne devait être « sauvée par le UE« , mais il n’a fait aucune référence à la situation ruineuse que l’économie a exposée lorsque Rajoy a pris le pouvoir en 2012.

Il n’a même pas hésité à présenter comme un succès ses efforts infructueux à Bruxelles pour tenter d’obtenir l’achat en commun de gaz ou la modification du modèle de tarification de l’énergie. Dans ce domaine, il a renversé les arguments et assuré avoir réussi à amener l’Union à s’engager à analyser en profondeur les évolutions du système énergétique. « L’Espagne joue un rôle décisif, un rôle de premier plan », a-t-il conclu.

Pablo Casado, lors de son discours
Pablo Casado, lors de son discours au Congrès.David MudarraPP

Pablo Casado a répondu à Snchez, l’accusant de « césarisme », ignorant la Chambre, mentant, se vantant de la lutte contre une pandémie qui a fait « 120 000 victimes non reconnues par le gouvernement », gouvernant par décret-loi et utilisant « illégalement l’État d’alarme ». « Personne ne va assumer ses responsabilités », a demandé le leader du PP.

Pour Casado, Sanchez est un « incompétent » et un « cynique » qui a voté au stade de Zapatero pour les coupes les plus sévères que l’Espagne ait subies de son histoire, avec un gel des retraites et une baisse des salaires des fonctionnaires. « Nous avons reçu un pays brisé », lui a-t-il rappelé.

« L’Espagne va très mal »

Le leader du PP a dressé un panorama économique totalement contraire à celui esquissé par Sánchez. Pour Casado, « l’Espagne va très mal » et subsiste « avec une assistance respiratoire » avec un taux de chômage qui dépasse celui de n’importe quel pays de l’UE, y compris Grèce et une inflation qui, par exemple, avec 5,5%, double celle de l’Italie.

« Sa reprise est fausse et ce qu’il nous propose, ce sont des budgets qui sont nés morts d’accord avec les plus radicaux », a insisté Casado. « Nous sommes contre la taxe d’emploi, la taxe de conduite et la taxe d’habitation », a-t-il souligné.

Le leader du PP a tenu à retirer à Snchez les médailles que le président s’est imposées. Et il a proposé une alternative basée sur la baisse de la fiscalité, le maintien de la réforme du travail, la baisse des dépenses publiques superflues, un engagement dans le nucléaire comme le fait Emmanuel Macron dans La France, la conception d’un plan hydrologique ou la libération de terrains pour l’habitat social.

Casado a exhorté Snchez à cesser d’être le « mouton noir de l’Europe » et a assuré que c’est le PP qui sauve l’Espagne pour la troisième fois de la « faillite » laissée par un gouvernement socialiste.

Vous pourriez également aimer...