Pedro Snchez défend à Barcelone et avant que les Aragons n’avancent vers « les retrouvailles »

Le président de la Generalitat défend le référendum et « l’amnistie pour les prisonniers politiques »

Pedro S
Pedro Snchez et Pere Aragons se saluent aujourd’hui, lundi, à Barcelone.
  • CER Junqueras donne à Sanchez un ballon à oxygène: soutient les grâces et demande un référendum convenu
  • Le panel Sánchez veut imposer des grâces contre l’opinion de 61% des Espagnols

le gouvernement et la Generalitat Ils continuent de préparer détail par détail, geste par geste, les négociations bilatérales qu’ils ont promis de reprendre avant la pause estivale. Si vendredi, c’est une conversation téléphonique de 40 minutes entre Pedro Snchez et Pere Aragons qui a mis en scène cette « nouvelle étape » proclamée par les deux dirigeants, ce lundi ils ont proposé en Barcelone leur première photographie ensemble après l’investiture du Républicain comme président de la Generalitat, et un message du Premier ministre : « Il est temps pour une réunion, pour des visions imaginatives, de laisser la vengeance derrière, et de chercher des solutions qui laissent le conflit derrière.

Le lieu et le moment, un événement organisé par l’association patronale catalane Foment del Treball, dans la livraison du Médaille d’honneur de l’entité à Dieu Javier, président de la Groupe de Dieu et éditeur de L’avant-garde, et avec la présence d’éminents représentants du monde des affaires, est chargé de symbolisme. S’il renforce les relations de Sánchez avec les élites catalanes avant l’octroi des grâces et le bouleversement politique qu’elles ont provoqué dans le groupe des Espagne, avec 61% des citoyens ouvertement contre ce geste envers les condamnés de la procs.

Dans son discours de clôture, dans lequel Snchez s’est adressé au leader indépendantiste comme « estimé Père », le président du gouvernement a défendu, faisant référence à la sortie de la pandémie et de manière voilée à la situation causée par le procs, « l’audace, des alternatives imaginatives et un regard visionnaire » comme la meilleure recette pour surmonter les défis et construire « à long terme » un nouveau « nous ». « La Catalogne est essentielle, nous en avons besoin pour démarrer. C’est pourquoi j’appelle à sortir du maximalisme », a-t-il insisté.

Pour renforcer cet appel, Snchez a fait valoir que « nous sommes restés trop longtemps enfermés dans des dilemmes stériles, dans des positions étroites et des ruelles sans issue », raison pour laquelle le moment est venu d’avancer « de manière décisive », en contournant les calculs électoraux. et « au-dessus des intérêts partisans », de laisser derrière elle « un scénario de conflit qui, tant d’années plus tard, n’a fait qu’amener un triste équilibre de douleur, de pauvreté et de stagnation ».

Pour sa part, Aragon a déployé toute l’artillerie revendiquant le mouvement indépendantiste devant le Premier ministre, soulignant le référendum d’autodétermination et la liberté des « prisonniers et exilés politiques » comme deux causes inaliénables, et a souligné que les relations entre les deux gouvernements repose sur « une situation qui n’est pas normale » et qui rendra « très difficile » la concrétisation du dialogue. Cependant, il a admis qu’avec l’arrivée de Sanchez à La Moncloa « nous avons fait des pas en avant » et malgré les difficultés de la négociation bilatérale c’est « une obligation de surmonter le blocus contre les solutions immobiles ».

SOUTIEN JUNQUERAS

Ce n’est pas non plus par hasard, dans ce processus vers les grâces dans lequel jouait aujourd’hui la photographie commune de « distensin », que presque en même temps que Snchez et Aragons se saluaient, le président de l’ERC, Oriol Junqueras, publiait un tribune dans le journal Ara défendant pour la première fois la convenance des grâces, alors que les républicains avaient toujours soutenu qu’ils n’accepteraient que l’investiture, pour « apaiser le conflit » et avancer vers le référendum d’autodétermination « aux Ecossais » avec la plcet du Gouvernement . Ou la déclaration du ministre de la Politique territoriale, Miquel Iceta, selon laquelle le Conseil des ministres ne tardera pas à approuver les grâces.

Lors de la cérémonie de remise des prix de Javier God, le président de Foment del Treball, l’ancien député de CiU Josep Snchez Llibre, a tenu la rencontre entre Snchez et Aragons en Barcelone. « Approfondissez les complicités de vos gouvernements, dialoguez, ne vous lassez pas de dialoguer car nous avons besoin de normalité politique et de sécurité juridique », a déclaré le représentant de l’association patronale catalane.

Pour l’heure, les deux présidents ont convenu de se rencontrer ce mois-ci à La Moncloa préparer la table des négociations bilatérales entre les deux gouvernements pour, disent les socialistes, définir « l’agenda des retrouvailles » et amorcer le « dégel catalan ». Le gouvernement central souhaite que ce forum de négociation se tienne en juillet, mais Aragons veut empêcher le dialogue avec Sanchez de modifier l’équilibre interne de l’exécutif catalan, où JxCat a déjà exprimé son malaise à accepter les grâces, renonçant au drapeau de l’amnistie et le choc institutionnel. Cependant, Aragons a l’aval de l’accord gouvernemental avec la CUP et JxCat pour exploiter le dialogue au moins jusqu’en 2023.

Vous pourriez également aimer...