Pedro Snchez place Salvador Illa comme candidat du CPS pour remplacer Miquel Iceta et devra remodeler le gouvernement

Sesmo dans le socialisme catalan

Le ministre de la Santé remplacera le leader des socialistes catalans en tête d’affiche. L’opération sera officialisée cet après-midi

Le ministre de la Santé, Salvador Illa.

Le ministre de la Santé, Salvador Illa.
KIKE À

Pedro Snchez place le ministre de la Santé, Salvador Illa, comme candidat du CPS à la présidence de la Generalitat, au détriment du leader des socialistes catalans, Miquel Iceta, qui accepte d’être relevé.

L’opération sera consommée ce mercredi même. L’exécutif du PSC a déjà approuvé à l’unanimité la candidature d’Illa, qui sera ratifiée cet après-midi par le Conseil national du parti.

Iceta a fait valoir dans sa démission qu’il met «l’intérêt collectif en avant» avec la conviction que le ministre de la Santé «est le meilleur candidat» pour remporter la présidence de la Generalitat. « Notre objectif n’est pas une seconde force. Nous devons montrer que nous allons à tous, c’est pourquoi je ne propose pas de candidat, je propose un président, le président Illa », a-t-il proclamé au reste de la direction du CPS.

Le président du gouvernement a l’intention d’utiliser Illa comme revendication électorale en Catalogne, considérant que son travail à la pointe de la crise sanitaire lui donne de plus grandes possibilités qu’Iceta lors des élections régionales, dans lesquelles certains sondages placent le CPS comme deuxième force après l’ERC.

Des sources du PSOE proches de ce processus soutiennent que « c’est une décision d’Iceta lui-même » et soutiennent que « depuis novembre » ils savaient qu’il allait se retirer des poids lourds du parti comme son secrétaire à l’Organisation, Jos Luis Balos, ou le vice-président du gouvernement, Carmen Calvo.

Les mêmes sources socialistes indiquent qu’Illa quittera l’exécutif dès que la date des autonomies catalanes sera ratifiée, obligeant Sanchez à remodeler le gouvernement. Les élections ont déjà été officiellement convoquées pour le 14 février, mais le 15 janvier, les partis catalans se réuniront pour se mettre d’accord sur le report de la date du vote en réponse à l’évolution de la pandémie.

Ce n’est pas la première fois que Sanchez tente de repousser Iceta. Il faut rappeler que déjà en mai 2019, le président du gouvernement a élu le chef du CPS à la présidence du Sénat, mais la manœuvre a été tronquée par l’ingérence des forces indépendantistes, qui ont refusé d’autoriser la nomination du premier secrétaire des socialistes catalans comme Sénateur autonome, un processus qui doit être approuvé par le Parlement, où le mouvement indépendantiste est majoritaire.

Le changement refroidit le tripartite

L’irruption d’Illa rend difficile a priori, la possibilité d’orchestrer une tripartite avec ERC après les élections. Loin des thèses souveraines d’Iceta, le ministre de la Santé a préconisé ce week-end de répliquer à la Generalitat le gouvernement de l’Etat que les socialistes partagent avec Podemos. En évitant qu’aucun scrutin électoral n’accorde de possibilités arithmétiques à cette alliance, le candidat imminent du CPS a garanti que son parti « ne fera pas partie ou ne soutiendra, directement ou indirectement, aucun gouvernement indépendantiste ».

L’ERC lui-même identifie Illa avec l’aile la plus constitutionnelle du CPS. Oriol Junqueras a considéré la nomination du ministre comme candidat « un pari pour rechercher les voix des Cs » et appelé à « choisir entre ERC et PSC ». « Nous les avons battus deux fois et nous le referons », s’est exclamé le chef des rangs républicains.

Vous pourriez également aimer...