Pedro Snchez soutient la fusion entre les villes d’Estrémadure de Don Benito et Villanueva de la Serena

Le Gouvernement s’engage à accélérer les procédures du référendum qui se tiendra au premier trimestre 2022

Les maires de Don Benito, Jos
Les maires de Don Benito, Jos Luis Quintana (i), et Villanueva de la Serena, Miguel ngel Gallardo (d), avec Pedro Snchez, Isabel Rodrguez et Guillermo Fernndez Vara.MONCLOA
  • Projet La fusion de Don Benito et Villanueva de la Serena pour créer la troisième plus grande ville d’Estrémadure

La fusion entre les villes d’Estrémadure de Don Benito (environ 37 000 habitants) et Villanueva de la Serena (25 000) continue de s’accélérer pour qu’elle puisse devenir une réalité en 2027 si les habitants des deux villes de Badajoz accordent un soutien majoritaire à un projet. C’est l’union la plus ambitieuse qui ait été proposée en démocratie et ferait de ce centre de population le troisième plus important de cette communauté autonome, juste derrière Badajoz et Cceres, avec une superficie de 713 km2.

Ainsi, et après que les deux municipalités ont tenu une session plénière extraordinaire la semaine dernière pour avoir un soutien juridique à ladite fusion, ce mercredi les maires des deux villes (Jos Luis Quintana et Miguel ngel Gallardo) ont été reçus au Palacio de la Moncloa par le président de la le gouvernement, Pedro Snchez, qui a soutenu le projet et a promis d’accélérer ses procédures. Étaient également présents à la réunion la ministre de la Politique territoriale et porte-parole du gouvernement, Isabel Rodrguez, et le président de la Junta de Extremadura, Guillermo Fernndez Vara.

La prochaine étape pour que la fusion soit une réalité est que le Premier ministre autorise la tenue d’un référendum dans les deux villes. L’objectif des deux maires est que les délais soient accélérés au maximum pour réduire la date initialement marquée sur le calendrier qu’ils avaient eux-mêmes marqué au début des procédures : que la fusion soit une réalité en 2031. Désormais, ils sont essayer de raccourcir les délais jusqu’en 2027.

Pour cela, le Conseil des ministres devrait autoriser la tenue de ladite consultation avant la fin de cette année afin que le référendum puisse avoir lieu au premier trimestre de l’année prochaine, comme l’a confirmé le maire de Villanueva, Miguel Angel Gallardo à la fin de la réunion. Ainsi, le maire a confirmé que le directeur général « s’est montré très favorable à l’accélération du processus ».

Comme l’a rapporté la Moncloa à l’issue de la réunion, le Président du Gouvernement a ainsi connu l’aménagement des deux localités -qui partagent déjà divers services publics- de sorte qu’après une consultation populaire, débute le processus de fusion « pour lequel elles ont été marquait un horizon temporel de 10 ans ».

En ce sens, Gallardo a expliqué que « nous lui avons transféré qu’il est important que nous puissions le faire au cours du premier trimestre de l’année, fin février ou début mars. Ce sont les dates auxquelles il est resté afin d’atteindre cet objectif. , qui, en tout cas, nous semble important pour nous car il accélère le processus.  » Si la majorité des citoyens soutient la fusion, les dates d’achèvement du processus « dépendront beaucoup » du soutien de la population, même si, de toute façon, « au plus » serait en 2027. Cette date -avec le début en plus d’une nouvelle législature politique après la tenue des élections municipales – il y aura un seul conseil municipal pour les deux villes, qui ne sont officiellement séparées que de 8 kilomètres entre elles. Le bâtiment de la mairie sera situé à proximité du nouvel hôpital, qui est en cours de construction pour les deux villes.

De nouvelles infrastructures

Le maire de Don Benito a reconnu que le projet de fusion « n’est pas facile », mais le président du gouvernement « a montré tout son soutien » pour qu’il se poursuive et pour « aider autant que possible à en faire une réalité ». Les nouvelles infrastructures comprennent également la construction d’un nouveau Palais de Justice et d’une gare unique. Les deux maires ont avoué la responsabilité de ce projet après avoir été rendu public, se sentant dès ces moments « observés » par tout le pays, donc leurs actions doivent représenter « un modèle et un exemple à suivre ».

En ce sens, Gallardo, lors de sa rencontre avec les hommes d’affaires, a rappelé qu’il s’agit d’un projet qui s’observe dans tout le pays et qu’il peut être un modèle et un exemple à suivre et qu’il doit aussi être « généreux » pour les deux populations .  » car ils devront faire quelques sacrifices  » à la recherche d’une identité commune lors de la fusion. En parallèle, le maire de Don Benito a souligné que la fusion a « le soutien unanime » des forces politiques d’Estrémadure.

Selon les études réalisées par les deux consistoires, la zone urbaine résultante deviendra le deuxième pôle économique de la province de Badajoz et le premier noyau économique municipal du secteur agricole et de l’élevage ainsi que de l’industrie en Estrémadure. L’impact de cette fusion en termes de richesse, d’activité économique et de développement des revenus augmenterait de 2,75 % en revenu des ménages et de 5 % en création d’emplois, notamment dans les services et les entreprises, ainsi que dans la population ayant des études universitaires. Si une telle fusion se produisait, ce serait la première en Espagne depuis l’approbation de la loi sur la durabilité de l’administration locale en 2013.

Vous pourriez également aimer...