Pedro Snchez transmet aux communautés qui géreront plus de 50% des fonds européens de relance

Lundi,
26
octobre
2020

11:34

Il confirme que demander le total des 140 000 millions qui correspondent à l'Espagne, les 70 000 investissements et ceux qui ne sont que des crédits

Le président du gouvernement, Pedro S

Pedro Snchez, ainsi que d'autres membres de l'exécutif, lors de la Conférence des présidents autonomes qui s'est tenue ce lundi au Sénat par voie électronique.
Chema Moya EFE

Les communautés autonomes géreront plus de 50% des fonds européens de relance. Pedro Sánchez a annoncé aujourd'hui qu'il s'agissait de la projection faite par le gouvernement dans la Conférence télématique des présidents à laquelle il participe depuis le Sénat et à laquelle la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, est également intervenue.

Cette réunion, qui se tient après que le gouvernement a approuvé hier un nouvel état d'alerte, est pour l'instant très centrée sur le plan de relance, malgré l'intervention indépendantiste que le président par intérim de la Generalitat, Père Aragones, a eue. .

Le directeur général a défendu le rôle clé dans la promotion des fonds européens pour faire face aux effets de la pandémie dans laquelle bon nombre des questions clés auxquelles ils seront consacrés tels que le logement, l'éducation, les politiques sociales, les politiques actives de l'emploi ou l'environnement sont des compétences autonomes. "Ce sera dans ces zones que les communautés pourront exécuter les projets et programmes qu'elles présentent et sont approuvés." Pour ce faire, "des accords-cadres seront conclus entre les ministères concernés et les régions", indiquent des sources gouvernementales. En revanche, des sources des régions autonomes indiquent que Snchez ne s'est pas exclusivement référé aux communautés mais aux «administrations territoriales» qui comprendraient également les «conseils et conseils».

Dans son discours, Von der Leyen a également souligné le rôle que les régions joueront dans le plan de relance européen et a assuré que "l'Europe est avec vous". «Ce sont eux qui vont donner vie à ces projets, ceux qui vont absorber le gros montant des fonds» et ceux qui mettront fin à cette «vague de transformation».

Et dans leurs discours, les présidents régionaux ont également suivi cette ligne. Le Lehendakari, Iigo Urkullu, a affirmé qu'ils sont une opportunité de changement «énergétique» et «numérique» et qu'il a des propositions à proposer au gouvernement et a opté pour la co-gouvernance entre l'exécutif et les communautés.

Le président galicien, Alberto Nez Feijo, a évoqué l'expérience de la Galice dans la gestion des fonds et a exigé à la fois du gouvernement et de la Commission européenne des "critères transparents et objectifs" dans l'attribution des projets, ce qu'Urkullu a également fait. Feijo a profité de l'occasion pour inviter Von der Leyen au Camino de Santiago en 2021, qui est l'année Xacobeo.

La déclaration du président andalou, Juan Manuel Moreno, a également été très similaire, mais c'est lui qui a mis sur la table le doute quant à savoir si l'Espagne demandera ou non le total des 140000 millions d'euros qui lui correspondent, après le vice-président. , Nadia Calvio, soulignera que dans un premier temps les 70000 seront dépensés en investissements directs (basés sur des projets spécifiques) et que nous verrons lorsque les 70000 autres seront demandés, qui sont purement des prêts, laissant la possibilité que cela soit fait par un prochain prochaine législature.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Vous pourriez également aimer...