Pere Aragons réclame amnistie et référendum et Pedro Snchez l’appelle à une négociation « sans précipitation et sans délais »

  • Séance de contrôle Gabriel Rufin prévient Pedro Snchez que si le dialogue en Catalogne échoue, « PP et Vox entreront dans la Moncloa »
  • Stratégie Pedro Sánchez envisage une négociation avec la Catalogne sur deux ans pour éviter l’attrition

Les prévisions étaient dépassées. Pedro Sánchez et Pere Aragons ont relancé ce mercredi la table dite de dialogue lors d’une réunion qui a duré près de deux heures, soit plus que l’heure prévue. Un rendez-vous en solo dans lequel ils ont esquissé les règles du jeu qui régiront ce forum. « Cela en valait la peine », a déclaré le président de la gouvernement après le rendez-vous.

Le président de la Generalitat Il avait dans son dossier les demandes d’un référendum d’autodétermination et l’amnistie. Sanchez un « agenda de retrouvailles » social et économique. Le chef de l’exécutif espagnol a fait fi des échéances et des ultimtums que le sécessionnisme donne à ce tableau -deux ans- : « Il me semble de bon sens de travailler lentement mais sans pause et sans échéances. »

Cette reprise du dialogue entre le Gouvernement et la Generalitat n’est qu’une première pierre, comme ils le reconnaissent dans La Moncloa. « Cela va durer », répètent-ils au Gouvernement sur la table de dialogue. Quelque chose que Snchez a confirmé dans son rendez-vous avec Aragons. Les positions sont éloignées, mais au sein du gouvernement, ils croient qu’un point de rencontre dans l’autonomie et le transfert de compétences est possible. C’est là que vous attisez vos espoirs.

Car face à l’exigence d’autodétermination, Sanchez s’est opposé à « la légalité démocratique et l’ordre constitutionnel ». « Ni le référendum ni l’amnistie ne sont possibles et non seulement parce que du point de vue de la Constitution ils ne sont pas incorporés, mais parce que nous considérons que la société catalane ne peut plus souffrir des larmes ».

« Bien sûr que oui, nous espérons que nous pourrons parvenir à une solution convenue car cela sera positif pour la société espagnole et catalane. Nous aurons besoin de beaucoup de temps », a déclaré Snchez. « Sans délais », a répété le directeur général à plusieurs reprises. Avec cela, il entend se défaire de la pression de l’indépendance.

ERC a signé avec Junts et la TASSE une fenêtre de deux ans pour ce forum. Ensuite, il devrait y avoir des résultats tangibles et, bien sûr, en fonction de vos intérêts. Comme ce journal l’a rapporté, La Moncloa rejette les délais et se prépare à une négociation de fond à long terme qui minimise l’usure pour les prochaines élections.

L’important, la photo

L’important, en tout cas, de la visite de Snchez au Palau de la Generalitat était la photo. C’est-à-dire qu’au cours de la réunion d’aujourd’hui, ni la méthodologie ni peut-être le calendrier ne seront fermés. C’est un contact. Il n’y a pas eu de concrétions. Expositions élevées. Une photo avec laquelle La Moncloa a voulu faire passer un message : nous venons parce que nous nous engageons à dialoguer. C’est pourquoi Sánchez, qui a hésité jusqu’au bout, est venu, parce qu’il voulait donner une « signification institutionnelle » au moment, donner « de l’importance » à l’espace de dialogue, ce qui est son pari.

« Les images sont importantes d’un point de vue politique », a déclaré Snchez, qui a évoqué « l’énorme pouvoir de message politique » que suppose la présence d’un Premier ministre aux Palaos.

Au cours des presque deux heures de rencontre entre les deux dirigeants, il y a eu une prise de conscience : qu’il n’y a pas de retour en arrière dans le projet d’investissement de 1700 millions à El Prat. Au gouvernement, ils continuent de prétendre qu’ils voient des failles dans le gouvernement : « Il n’y a pas de position mûre pour un investissement stratégique.

Aragons ne veut pas non plus de délais

Les Aragons embrassèrent volontiers l’inconcrétion soulevée par Sanchez. Les détails sont plus importants que les délais, a défendu le président de la Generalitat pour ne pas tenir compte des accords d’investiture signés avec les Junts et la CUP, selon lesquels les deux formations accordent au chef de l’exécutif catalan deux ans pour convenir avec le gouvernement d’organiser un référendum sur l’indépendance. .

Du temps, de l’unité et de la persévérance, prescrivait Aragons, pour insister sur la nécessité d’entreprendre une négociation bilatérale sans l’étau autour du cou. Le président de la Generalitat a exhorté ses partenaires honteux à retrouver l’unité d’action et les alliances qui nous ont rendus puissants et il a de nouveau invité le parti dirigé par Carles Puigdemont de rejoindre la table des négociations en remplissant l’exigence de désigner une délégation entièrement composée de membres du Gouvernement, il est entendu.

j’ai fait appel du Président pour que cette alliance soit étendue aux institutions, à la société civile et aux citoyens, et avec cela il a gentiment exhorté les organisations séparatistes comme l’ANC à cesser d’encourager les actes de protestation contre sa figure, contre les dirigeants de l’ERC et contre la table des négociations elle-même. que tant le gouvernement que le parti qui préside l’ébauche de la Generalitat.

Après avoir fait disparaître le drapeau espagnol qui ornait l’apparition de Sanchez pour nourrir l’idée qu’il y a eu aujourd’hui une rencontre bilatérale entre deux pays, Aragons a fait valoir que ce mercredi une nouvelle réunion du forum bilatéral n’a pas eu lieu, mais son redémarrage et que Il s’est vanté d’avoir poussé le gouvernement à commencer à régler le conflit à partir d’une reconnaissance institutionnelle mutuelle. Une réalisation qui n’a pas caché une réalité tangible et précédemment admise par Sánchez, que les positions des deux parties sont très éloignées. Nous exigerons et nous exigerons des résultats pour nous-mêmes, a promis le républicain à la paroisse sécessionniste.

Les arguments du président de la Generalitat ne convaincront guère un CUP, qui hier donnait la table pour mort avant de naître et un Junts qui dans la bouche du vice-président du Gouvernement, Jordi Puigner, a insisté sur le fait qu’ils ont été exclus du tableau et n’ont montré aucun motif d’amendement.

Face aux hostilités évidentes auxquelles il fait face, Aragons a avancé que la négociation avec le Gouvernement ne consistera pas uniquement en des sommets comme celui qui a eu lieu aujourd’hui, mais en des rencontres discrètes qui permettent de protéger le forum de ses nombreux détracteurs, tant en Catalogne et dans l’échiquier politique national. Les présidents réapparaîtront sur la scène, a-t-il annoncé, lorsqu’il y aura des accords à entériner.

Vous pourriez également aimer...