Pilar Alegra fait marche arrière et supprimera les examens de rattrapage cette année malgré la promesse d’un moratoire

Le Conseil d’État lui a indiqué dans son avis qu’il ne pouvait pas établir « un régime différencié » pour chaque communauté autonome.

Pilar Alegr
Pilar Alegra, dans un centre d’éducation spéciale à Palma de Majorque.CATI CLADERAEFE
  • Pilar Alegra : « Les examens de rattrapage peuvent être maintenus cette année »
  • Éducation Le gouvernement supprime les examens de rattrapage à l’ESO et il sera possible de passer le cours directement

La ministre de l’Éducation et de la Formation professionnelle, Pilar Alegra, a fait marche arrière et va enfin supprimer les examens de rattrapage de l’ESO en juillet et septembre de cette année, malgré le fait qu’elle a promis un moratoire pour que chaque communauté autonome fasse ce qu’elle voulait. .mieux vaut venir.

Selon des sources éducatives avancées à EL MUNDO, le rapport du Conseil d’Etat au projet d’arrêté royal d’évaluation, de promotion et de qualification, que cet organe consultatif du gouvernement a approuvé ce mercredi, oblige le gouvernement à lever le moratoire, inscrit dans le Cinquième disposition transitoire, pour comprendre qu' »elle n’a pas l’autorisation d’établir un régime de validité différencié, selon la programmation de chaque administration scolaire pour le maintien des examens extraordinaires en septembre ». En termes plus simples : le ministère ne peut pas contribuer à l’existence de différents critères autonomes en la matière.

Alegra avait levé ce moratoire à la demande de communautés autonomes telles que Galice et andalou, qui lui avait rappelé que l’arrêté royal n’est pas approuvé malgré le fait qu’il impose des conditions pour réussir le cours et obtenir le titre qui devra être appliqué à ce même cours. Les conseillers ont compris que les centres éducatifs allaient devoir « changer les règles du jeu au milieu du jeu » et le ministre s’est ouvert pour laisser ouverte la possibilité que ces tests soient maintenus pour un cours de plus, afin de le plus grand consensus et que les enseignants ont eu plus de temps pour s’adapter aux nouveaux critères d’évaluation.

Mardi prochain, il sera approuvé en Conseil des ministres cet arrêté royal, mais avec l’obligation que les examens soient supprimés dans ce même cours, avec lequel les étudiants n’auront que les épreuves de juin. Au Baccalauréat, les épreuves de rattrapage sont conservées.

On revient donc à l’idée initiale d’Alegra, malgré le fait que six CCAA avaient refusé de supprimer ces examens car « cela abaisse le niveau, décourage l’effort et crée des inégalités ».

Et comment les élèves vont-ils récupérer les connaissances qu’ils n’ont pas ? L’idée est de favoriser l’évaluation continue et que l’échec n’est pas le critère, comme il l’a été jusqu’à présent, pour voir si un étudiant réussit ou non le cours et s’il obtient le titre.

L’objectif de cet arrêté royal, qui a suscité de nombreuses controverses dans la communauté éducative, est que, pour la première fois, les étudiants de l’ESO (12 à 16 ans) et du Baccalauréat (16 à 18 ans) puissent obtenir leur diplôme dans ces étapes sans avoir tous les sujets approuvés. Dans ESO, il n’y aura pas de limite de suspension pour obtenir le titre et les étudiants de niveaux différents pourront obtenir exactement la même certification. Au Baccalauréat, il sera permis de réussir avec un échec.

Les CCAA qui avaient déjà opté pour le maintien des examens de ce cours sont indignés par le changement, qui a été annoncé ce vendredi par le secrétaire d’État, Alexandre Tiana, à la Commission générale de l’enseignement. Le conseiller de Castille et Len a demandé une copie du rapport du Conseil d’Etat pour voir dans quels termes il est prononcé et va demander que l’arrêté royal ne soit pas approuvé ce cours, car, assure-t-il, « il est impossible de s’y conformer ». « Le cours est en cours avec certains programmes qui sont déjà en cours d’exécution et contiennent des examens extraordinaires », expliquent les sources consultées.

« Dans une matière si pertinente qu’elle affecte l’évaluation, la promotion et la qualification des élèves, le manque de planification du Ministère n’est pas recevable. Ce changement de critère, une fois la mesure annoncée par le ministre, démontre l’improvisation du Gouvernement. de Sanchez et le manque de sécurité juridique des décisions qu’ils prennent à cet égard », soulignent-ils au ministère de l’Éducation de Murcie.

En Galice, ils commentent également que « ce qui se passe est très grave », tandis que l’Andalousie montre sa « préoccupation, alors qu’elle s’était également engagée à respecter le moratoire. Car avec le début du cours, les attentes que les étudiants et les familles pourraient avoir et aussi changer . les centres « .

La La communauté de Madrid Il rejette également le changement et a une nouvelle fois demandé le report de l’entrée en vigueur de cet arrêté royal, ainsi que des nouveaux programmes d’enseignement.

« C’est encore un autre exemple du développement chaotique et désordonné que connaît Lomloe, la réglementation la plus dommageable de l’histoire de l’éducation en Espagne. Le cours a commencé il y a deux mois et les enseignants, qui ont déjà commencé à évaluer leurs élèves de la première trimestre, ils n’ont pas établi de critères pour cela. Jusqu’à aujourd’hui, ils pensaient que les élèves du secondaire obligatoire allaient avoir un appel extraordinaire. De plus, ils n’ont aucune certitude quant à savoir si, comme établi dans les projets d’arrêté royal que nous avons connus, ils devraient se charger de décider du nombre de matières à réussir.Un état d’insécurité est favorisé dans les équipes de direction et les enseignants.C’est le neuvième échec du gouvernement socialiste qui annonce la prise de décision sans être certain qu’il peut être réalisée », soulignent les sources consultées au ministère de l’Éducation de Madrid.

Vous pourriez également aimer...