Pilar Alegra pose un test spécifique pour pouvoir entrer dans la carrière d’enseignant

La ministre de l’Éducation et de la Formation professionnelle, Pilar Alegra, a entamé ce jeudi des négociations avec les syndicats d’enseignants et les communautés autonomes pour préparer un Statut d’enseignement réformer la profession en proposant un test spécifique pour pouvoir entrer dans la carrière d’enseignant qui évalue les compétences en mathématiques et en communication des aspirants enseignants.

Dans le document de négociation initial, auquel EL MUNDO a eu accès, le Gouvernement propose également de revoir le contenu des plans d’études des qualifications pour l’enseignement, de promouvoir l’évaluation « volontaire » des enseignants, ainsi qu’un nouveau modèle d’initiation à l’enseignement basé sur entraine toi. Sera appelé P.I.D. et il comporterait deux phases : l’une consacrée aux pratiques de formation initiale de tous les futurs enseignants et, l’autre, une autre orientée vers le processus de sélection des enseignants de l’enseignement public.

Ce sont les premières idées qui sont ressorties de la réunion des commissariat à l’enseignement général, dans laquelle des représentants de la Ministère de l’Éducation et les directeurs généraux et secrétaires techniques des gouvernements régionaux. Ce matin le Tableau sectoriel avec les syndicats. L’objectif de ces deux rencontres est de présenter un document avec les propositions et les questions qui, de l’avis du Gouvernement, devraient être traitées en relation avec la fonction enseignante. Un engagement qui est rempli par les cheveux, car dans la septième disposition supplémentaire de la loi Cela, il était dit qu’en janvier 2022, le gouvernement devait avoir une proposition de réglementation prête.

Connaissances mathématiques et communicatives

Actuellement, ceux qui veulent devenir enseignants de la petite enfance ou de la primaire n’ont besoin que de la sélectivité. « Il n’y a pas que la note d’admission au diplôme qui permet d’identifier l’excellence. L’inclusion d’un préalable à l’accès aux études favoriserait une meilleure sélection des étudiants. Ainsi, l’instauration de la réussite d’un test spécifique d’accès aux études devrait être valorisée. diplômes en petite enfance et en enseignement primaire comme prérequis », précise le ministère.

Ledit test « doit évaluer la compétence communicative et le raisonnement critique et la compétence logico-mathématique et inclure des aspects liés aux attitudes et aux compétences de la profession enseignante incluses dans le cadre des compétences professionnelles de l’enseignement ». Catalogne c’est la seule communauté autonome qui demande un test supplémentaire à la Selectividad et, en fait, rejette un enseignant en herbe sur trois en raison de son faible niveau.

En principe, il ne s’agit que d’accéder au diplôme, mais le ministère est également ouvert à « évaluer la possibilité d’établir un examen d’entrée au master en formation des enseignants de manière similaire à la proposition qui a été faite aux diplômes en début Éducation de la petite enfance et primaire ».

Dans le document initial présenté ce jeudi, des questions telles que l’accès à la profession, la formation tant au début que tout au long de la carrière professionnelle ou encore les stages sont abordées. En d’autres termes, tous les aspects liés à la carrière, l’accès et la formation. Dans cette première phase, seule la partie de la fonction d’enseignement est détaillée, puisque le reste des sujets sera énuméré et proposé au fur et à mesure des accords.

Voici quelques-unes des propositions les plus remarquables du ministère :

Promouvoir l’évaluation « volontaire » des enseignants

Alegra veut « promouvoir les procédures d’évaluation de la performance de la fonction enseignante ». « Le développement professionnel des enseignants doit disposer d’instruments permettant une évaluation de la fonction enseignante, qui doit être liée au cadre de compétences professionnelles », dit-il. Ainsi, il entre dans une question épineuse qui met les enseignants mal à l’aise. Ce sera l’une des clés de la négociation. C’est pourquoi elle est prudente en précisant que ce soit « volontaire ». « Il doit être avant tout pédagogique et qualifiant et doit aussi permettre de reconnaître la complexité des tâches accomplies. »

« Cette évaluation doit partir d’un rapport d’auto-évaluation, apprécier les spécificités de la fonction enseignante dans le cadre de l’autonomie du centre, compter sur la participation des différentes instances dirigeantes et de coordination pédagogique du centre et sur celle du service d’inspection et combiner leur candidature volontaire -liée à certains postes- avec l’obligation de participer aux actions de formation qui doivent être réussies pour accéder à l’exercice de la fonction de direction ou pour réussir la phase de stage, entre autres postes ».

Plus de matières d’enseignement

Une autre des propositions, qui déplaît aux défenseurs des savoirs spécifiques, est de « favoriser l’offre de matières didactiques des spécialités dans les études universitaires ». Le Master Secondaire a déjà une formation en didactique, par exemple, en Mathématiques. Mais ce que le Gouvernement souhaite, c’est quelque chose de plus général : que « les futurs enseignants acquièrent les compétences nécessaires pour enseigner, travailler en interdisciplinarité, introduire l’innovation, utiliser des méthodologies diverses et motivantes, et gérer toutes les fonctions et compétences que les enseignants doivent remplir au quotidien dans un centre ».

Revoir le contenu des courses

Dans cette même ligne, plus attachée à la formation en compétences qu’en savoirs spécifiques, le ministère propose de « revoir le contenu des plans d’études des qualifications universitaires à l’enseignement ». Il souhaite mettre à jour les arrêtés qui réglementent les diplômes universitaires ouvrant droit à la profession enseignante, qui datent de 2007, « pour introduire des aspects aussi fondamentaux que le cursus de compétences, l’attention à la diversité ou le développement durable », ainsi que la compétence numérique.

Maître qui dure plus longtemps

Mardi dernier, Alegra a également avancé dans le Sénat que son but est de prolonger la durée du master Secondaire, qui est actuellement d’un an, ainsi que le renforcement du stage, qui est la période de stage que les étudiants de ce cours de troisième cycle et ceux du premier cycle doivent effectuer. Petite enfance et enseignement primaire. « Il est incontestable que les professeurs d’espagnol ont aujourd’hui une grande compétence professionnelle, mais il y a aussi place à l’amélioration », a-t-il déclaré.

Une « longue » négociation

De nombreux mois de bras de fer nous attendent. Tous les gouvernements qui l’ont essayé ont échoué dans leur tentative et le résultat est une profession peu incitative, où l’enseignant n’est pas récompensé pour faire un bon travail, reçoit une formation hautement améliorable et a peu de reconnaissance sociale.

Au ministère de l’Éducation, on dit qu’on va poser les problèmes progressivement et on prédit que le texte final ne sera approuvé que l’année prochaine au plus tôt. « Une autre chose est s’il est décidé d’appliquer les points dans lesquels les accords sont fermés », ajoutent-ils. L’intention du ministre est que la loi soit divisée en plusieurs règlements différents.

« Ce sera un long, très long processus. Notre proposition est que nous devons arriver à la promulgation du Statut des enseignants, mais c’est si complexe et si large que nous comprenons que nous devons passer par des phases. Il n’y a pas de propositions fermées « . La négociation aussi bien avec les syndicats qu’avec les communautés autonomes, elle doit être ouverte et sans limites. Nous ne voulons pas qu’une négociation soit ouverte avec 50 choses en même temps car il sera impossible d’avancer et de clore », a-t-il ajouté. expliquer les sources du ministère.

Parallèlement, le ministère doit réglementer le nouveau système d’opposition dans un arrêté royal qui doit encore être approuvé. Il précise qu’afin de réduire le nombre élevé d’intérimaires et exceptionnellement pour la rentrée universitaire suivante, les intérimaires peuvent devenir fonctionnaires sans passer par l’opposition, mais simplement en y accédant par concours de mérite. En revanche, dans les trois prochaines années, les épreuves d’opposition ne seront plus éliminatoires et l’expérience comptera plus qu’avant.

Vous pourriez également aimer...