Planas désavoue Garzn : « Je suis le ministre de l’Alimentation et si quelqu’un parle de nourriture, il est normal qu’il m’appelle »

Lorsqu’on lui a demandé si Garzn remplissait les conditions pour être ministre de la Consommation, le ministre de l’Agriculture a répondu qu’il n’allait faire « aucun commentaire ».

Luis Planas désavoue Garzn : « Je suis le ministre de l’Alimentation et c’est normal qu’il m’appelle »LE MONDE (Vidéo) // EFE (Photo)
  • Tensions au gouvernement Le PSOE inculpe Alberto Garzn : « La réputation prend des années à se gagner et se perd en une seconde »
  • L’opposition Alberto Garzn unit le PP, Ciudadanos et Vox contre la « faiblesse » de Pedro Snchez

Le ministre de l’Agriculture, de la Pêche et de l’Alimentation, Luis Planas, a désavoué aujourd’hui totalement le ministre de la Consommation, Alberto Garzn, concernant la polémique des macro-fermes et la qualité alimentaire des productions intensives exportées vers les pays tiers. Dans une interview à l’émission Plus d’un d’Onda Cero, Planas a défendu avec force le secteur de l’élevage et a durci le discours du gouvernement contre Garzn avec des phrases telles que : « Cette polémique est malheureuse car elle remet en cause l’activité d’honnêtes gens pour qui je travaille depuis 2018 » .

Il n’a pas hésité à dire : « Je suis le ministre de l’Alimentation et si quelqu’un parle d’alimentation, c’est normal qu’il m’appelle », faisant référence au ministre de la Consommation, confirmant également qu’ils n’ont pas échangé un mot ces derniers jours. à la suite de la polémique déclenchée après l’interview de Garzn avec le journal britannique Le gardien. En outre, il a souligné que « les agriculteurs méritent respect, reconnaissance et soutien. C’est un secteur clé pour l’Espagne et la nourriture espagnole est reconnue par les marchés internationaux »

Le titulaire de l’Agriculture a regretté que, dans un sujet de son concours, il n’y ait pas eu « la communication préalable qui est toujours de rigueur ». « Quand j’ai un sujet qui touche un autre ministère, on s’appelle généralement et on dit ce qui sera mentionné et comment », a expliqué Planas, qui a précisé, en référence à Garzn, que « nous ne nous sommes pas parlé ces derniers jours. Ministre de l’Alimentation, si quelqu’un parle de nourriture, il est normal qu’il m’appelle « parce que » quand j’ai un sujet qui touche un autre ministère, on s’appelle généralement et on dit ce qui va être mentionné et comment.»

« Comme moi, Monsieur le Ministre de l’Agriculture, tout ce bruit me gêne, car je pense que nos agriculteurs se sentent agacés d’être au centre de l’attention et d’un questionnement qu’ils ne méritent pas du tout », a-t-il souligné.

En ce sens, il a indiqué qu’« ici il n’y a pas de conflit, il y a de la diversité, et l’Espagne est un pays qui est une puissance internationale de l’agroalimentaire et de l’élevage, nous sommes le quatrième exportateur de l’Union européenne et le quatrième du monde et, par conséquent, nous avons une diversité de production qui est tout à fait normale. »

Le ministre de l’Agriculture a également démenti qu’il existe en Espagne des « macro-fermes » telles que celles décrites par Garzn et a prévenu que les productions animales – « de petite taille » – en Espagne sont soumises à la législation européenne.

Il a opposé la situation aux Pays-Bas, où « la taille des grands est bien supérieure à celle des espagnols », bien que l’important, en tout cas, ait précisé que le secteur « qui respecte la législation », ce qui est ce se passe, pour préciser qu’en Espagne il n’y a pas de macro-fermes non durables « parce qu’elles ne seront pas ouvertes », afin que « personne ne doute de la qualité ou de la sécurité des produits agroalimentaires espagnols ».

Planas a également souligné que les exploitations agricoles doivent tenir compte, comme dans toute autre activité, de la rentabilité économique : « Ce n’est pas de la littérature pastorale, cela doit être économiquement durable » et a manifesté le souci de créer, avec cette polémique « politique », « une aura de doute sur un secteur qui fonctionne très bien. »

« Produits sains »

Le ministre a précisé qu’en Espagne, il existe 165 races bovines indigènes en élevage extensif, dont 140 sont en danger d’extinction et 25 en production, qui doivent être soutenues pour leur maintien. Et dans la production intensive, il a précisé qu’il existe différentes qualités, mais toutes « sont très élevées » qui produisent des « produits sains ».

Quant à savoir si l’Espagne mange ou non une grande quantité de viande -autre débat que Garzn a mis en lumière l’été dernier-, Planas a souligné que les êtres humains « sont omnivores » et que ce qui est important c’est aussi « la combinaison des aliments ».

Planas a rappelé qu’en Espagne il existe une réglementation régissant la production animale, tant dans le secteur porcin (approuvé en 2020), que dans celui de la volaille (décret de 2021), tandis que l’approbation est en cours de finalisation pour la viande bovine et les bovins laitiers, avec un plafond, il a précisé, de 850 unités de gros bovins (725 vaches ou 1400 veaux) « pour donner une approche de soutien à l’agriculture familiale ».

Enfin, lorsqu’on lui a demandé si Garzn remplissait les conditions pour être ministre de la Consommation d’Espagne, Luis Planas a déclaré qu’il n’allait faire « aucun commentaire » sur la question.

Vous pourriez également aimer...