Podemos affirme que Yolanda Díaz ne leur a pas encore communiqué son projet Sumar un mois et demi après l’avoir enregistré

Les « violets » promettent fidélité et coopération au vice-président mais soulignent que leur parti « continue de montrer qu’il est indispensable »

paul fougère
Pablo Fernndez, ce lundi au siège de Podemos.EFE

Suivez le silence. Podemos, qui n’a pas été informé des projets de Yolanda Daz concernant l’enregistrement de la marque Ajouter début avril, il poursuit sans recevoir d’explications du deuxième vice-président près d’une semaine après le nom de l’association avec laquelle il entreprendrait sa processus d’écoute.

dans les rangées violet Ils soulignent que Sumar est un projet exclusivement pour Yolanda Daz, car c’est elle qui va bientôt affronter cette phase de contact avec le citoyen. Cependant, depuis ce week-end, la direction du parti revendique ouvertement une position pertinente sur la plateforme avec laquelle le ministre du Travail est présenté aux élections, puisque le rôle de Podemos, insistent-ils, est « essentiel » pour comprendre le politicien de l’espace au gauche du PSOE et les réalisations sociales du gouvernement de coalition.

« Il nous aura à ses côtés avec une collaboration totale, un engagement à l’unité et toujours à ajouter », a assuré ce lundi le co-porte-parole national de Podemos, Pablo Fernandez, qui, comme le chef du parti, Ione Belarra, l’a fait dimanche, promet de travailler pour la nouvelle marque dirigée par Yolanda Díaz. Mais toujours, comme l’a également précisé Belarra, « sachant que Podemos a démontré, continue de démontrer et continuera de démontrer qu’il est la force politique indispensable et essentielle dans la gauche en transformation dans ce pays et qu’il est la principale force dans l’espace progressiste . »

Mais, comme il l’a révélé, le ministre du Travail n’a pas encore communiqué au violets le nom ou le format de votre plan. Malgré l’avertissement que Podemos est le grand parti du futur conglomérat que Daz conçoit, la deuxième vice-présidente se montre de plus en plus déconnectée de l’appareil violet. Le week-end dernier, pour des raisons personnelles, il a de nouveau refusé d’assister à une réunion de Podemos, le Fête du printempsdans laquelle le parti, rencontrant les dirigeants des autres forces du bloc investiture, a établi la feuille de route pour la fin de la législature, la campagne générale et les prochaines élections locales et régionales en 2023.

Mais ni Ione Belarra ni Irene Montero, les hauts dirigeants de Podemos, n’ont mentionné Yolanda Díaz ou le projet sur lequel ils commenceront à travailler dès la fin des élections andalouses dans leurs discours. Au contraire, Podemos a récupéré ce week-end le défi de devenir la formation avec le plus de voix à gauche afin de pouvoir appliquer des politiques plus « courageuses » au sein d’un gouvernement de coalition avec le PSOE.

Une déclaration d’intention qui se heurte à ce qui a été défendu en parallèle par la porte-parole du parti, d’où ce lundi il a été affirmé que Dáz sera le candidat de l’espace dans lequel Podemos assistera aux élections, ainsi qu’il est tôt pour parler des positions que chaque formation doit occuper sur ce large front. Les deux idées anticipent une montée des tensions à l’approche de la période électorale.

Garzn demande à garer les initiales

Dans l’espace United We Can, le ressenti est différent selon chaque parti. À Izquierda Unida, par exemple, le sentiment qui subsiste est que Yolanda Díaz gère « très adéquatement » les délais et les progrès de son projet. Les six prochains mois, dès la fin des élections andalouses du 19 juin, Díaz commencera son processus d’écoute dans toute l’Espagne pour se rapprocher du tissu social et des citoyens, comme une étape préalable à la conformation de sa candidature. Ce sera alors, vers la fin de l’année, que les formations politiques qui font partie de votre plateforme entreront en jeu.

Pendant ce temps, Podemos souligne sa valeur et Izquierda Unida estime que le violets ils sont « nécessaires » dans l’espace que Daz envisage de concevoir. Mais, comme l’a souligné ce lundi le ministre de la Consommation et leader de l’IU, Alberto Garzn, « dans ce processus, les forces ne doivent pas prendre le rôle principal, mais plutôt être capables d’élargir le périmètre ». C’est ce qu’exprime une interview accordée à TVE et recueillie par l’Efe.

C’est la volonté de Díaz, qui s’incarne dans le concept de Sumar : transcender les sigles et les fêtes et aller plus loin, à travers un projet transversal. Podemos a assuré ce lundi qu’il était prêt à « ajouter », bien qu’il ait souligné le potentiel de sa marque sur la base des progrès réalisés en tant que membre du gouvernement de coalition.

Vous pourriez également aimer...