Podemos demande à récupérer les marchandises non enregistrées par l’Église dans le cadre de l’accord gouvernemental

« Le patrimoine historique des racines religieuses, quelle que soit l’usage liturgique qui peut s’y développer, fait partie de la richesse culturelle héritée par le peuple espagnol », disent les « morados »

Le deuxième vice-président et l

Le deuxième vice-président et leader de Podemos, Pablo Iglesias, avec le porte-parole parlementaire de United Podemos, Pablo Echenique, récemment au Congrès.
EFE

United We Can, par l’intermédiaire de son groupe parlementaire, a demandé d’engager «immédiatement» les procédures de récupération des avoirs non enregistrés par l’Église catholique pour le domaine public.

«Le ministère de la Culture doit revendiquer par tous les itinéraires à sa portée tous les atouts qui figurent dans son inventaire du patrimoine historique», a été revendiqué à la formation animée par Pablo Iglesias ce vendredi.

De cette façon, violets exiger du PSOE qu’il se conforme au point 5.11 de l’accord gouvernemental, dans lequel les deux formations s’engagent à développer « les modifications législatives appropriées pour faciliter le recouvrement des avoirs indûment enregistrés par l’Église, sur la base du privilège d’inscription au Registre des biens immobiliers de déclarations simples de ses propres membres « .

Ainsi, Unidos Podemos a confirmé qu’en collaboration avec les socialistes et « le reste des forces progressistes » s’emploient à « articuler des formules normatives » dans le but de « déclarer la nullité de tous les enregistrements effectués sans titre suffisant », en particulier « les patrimoine d’origine religieuse « , qui, comme dans d’autres pays, » doit être du domaine public « .

Pour Podemos, ce patrimoine, «quel que soit l’usage liturgique qui peut s’y développer, fait partie de la richesse culturelle héritée du peuple espagnol».

De même, du point de vue de la formation, ils s’opposent à la perte de «ce patrimoine» pour les générations futures pour des raisons «d’inaction ou de passage du temps».

34961 inscriptions

La déclaration Unis nous pouvons intervient après que le Conseil des ministres a envoyé un rapport au Congrès des députés le 16 février, détaillant que l’Église n’était pas enregistrée entre 1998 et 2015, un total de 34 961 propriétés.

Parmi eux, et selon la première vice-présidente du gouvernement, Carmen Calvo, 30335 étaient enregistrés avec la propriété ecclésiastique, ce qui était le certificat que l’Église pouvait donner à leurs propriétés conformément à la loi sur les hypothèques jusqu’en 2015.

D’un autre côté, 4 626 propriétés ont une propriété différente, «tout à fait insuffisante pour démontrer la propriété», comme l’exprimait Calvo.

Une vieille «  bataille  »

La revendication des biens ecclésiastiques non immatriculés, qui sont ceux enregistrés pour la première fois au registre de la propriété par l’Église, est une question réclamée depuis des années par les membres de l’exécutif.

Déjà en septembre 2018, le gouvernement socialiste d’alors, par l’intermédiaire du ministère de la Justice, a confirmé que l’exécutif tentera de récupérer les propriétés enregistrées par l’Église. C’est alors que la liste a commencé à être dressée qui, avec le rapport envoyé au Congrès des députés, a quantifié près de 35000 biens ecclésiastiques enregistrés entre 1998 et 2015.

De la part de Podemos, dans son programme électoral, il apparaît « la récupération des avoirs indûment enregistrés par l’Église » comme l’une des mesures prévues parmi ses objectifs.

« Ces opérations se sont basées, jusqu’en 2015, sur le privilège d’inscrire des biens au registre foncier à partir de simples déclarations de leurs propres membres », précise le programme.

Vous pourriez également aimer...