Premier conflit en Aragon: annonce un nouveau protocole sur les expulsions pour satisfaire le CUP après l’occupation du siège de l’ERC

Les députés du CUP assistent à des manifestations pour l’expulsion d’un bâtiment à Barcelone, avec des accusations de police, et Aragon s’excuse en affirmant que la présence de la police anti-émeute est un ordre judiciaire

Tensions et accusations de police dans l’expulsion d’une maison occupée à Poble Sec, BarceloneLE MONDE (Vidéo) // EFE (Photo)
  • Politique Aragons prend possession, promettant une amnistie à Junqueras et aux prisonniers du «  procs  »

La CUP a décidé de marquer le Gouvernement du Père Aragon dès le premier jour comme elle le sait, avec une mobilisation dans la rue, et a réussi à marquer ce premier but. Une quarantaine de personnes ont occupé le siège de l’ERC à Barcelone pour protester contre l’expulsion du bloc de Llavors, l’un des domaines qui a connu le plus de tentatives d’expulsion ces dernières années et un symbole de la résistance des groupes de logement. Par décision de justice, de nombreux agents de la police anti-émeute des Mossos d’Esquadra ont participé à l’opération pour permettre l’accès au cortège judiciaire, ce qui a provoqué des tensions et des inculpations avec une centaine de manifestants, parmi lesquels il y avait des députés du CUP au Parlement.

La réponse à l’action policière des syndicats du logement de Barcelone avec Arran, le jeune du CUP, a été d’occuper le siège de l’ERC pendant plusieurs heures en guise de protestation, bien qu’ils aient accompli beaucoup plus. S’adressant à Catalunya Rdio, le nouveau président de la Generalitat, Pere Aragons, excuse pour l’action de la police en assurant qu’il s’agissait d’un ordre judiciaire et qu’un autre protocole d’expulsion a été négocié pour satisfaire les anticapitalistes.

À travers les réseaux, les militants ont exhorté les gens à les soutenir avec le label #BenvingutAragones. En ce sens, l’Union des Barri de Poble Sec considère que l’intervention de la police anti-émeute suppose « une rupture de l’accord avec la CUP » d’Aragon, pour retirer la police anti-émeute des expulsions.

Pour éviter les conflits dès son premier jour en fonction, Aragon a cédé à la pression de l’anti-établissement et espère que le nouveau protocole permettra « un nouveau manière de fonctionner dans ces cas, afin d’éviter des situations comme celle que nous vivons aujourd’hui par ordre de l’autorité judiciaire. « Concernant le Bloc Llavors, Aragons a assuré que » l’ordre d’intervention BRIMO est très spécifique, rendu par le juge directement, ce qui poursuit en précisant quelles sont les équipes spécialisées du corps des Mossos d’Esquadra qu’elles doivent intervenir. « 

« Nous n’avions pas vu auparavant qu’ils avaient tant besoin », a ajouté le président catalan, pour qui il estime qu ‘ »il est essentiel que dans le nouveau protocole d’expulsion, nous impliquions également l’administration de la justice ». En ce qui concerne la présence des députés du CUP devant le cordon de police et leur mise en garde au nouveau gouvernement de respecter « ses engagements et de montrer qu’il s’agit d’une législature différente », Aragons a répondu « qu’une expulsion ne rend personne amicale ou heureuse » et ne le fait pas non plus. garantir les droits »et a affirmé que le gouvernement dispose d’une« marge d’action »lorsqu’il peut décider« quels sont les organes spécialisés des Mossos d’Esquadra qui assistent à une expulsion ».

« Quand c’est notre décision, nous sommes très clairs que nous ne devrions pas aller avec BRIMO, mais dans ce cas, c’est une décision judiciaire. Nous devrons travailler avec l’administration de la justice pour trouver un moyen de résoudre ces problèmes », a déclaré le leader catalan qui estime « Il est très important d’avoir une médiation préalable dans le domaine du logement » pour éviter d’atteindre ces situations.

Les militants qui occupaient le siège de l’ERC dans la rue Calabre à Barcelone l’ont quitté vers 11 heures ce vendredi sans que les agents les identifient. L’endroit était bloqué avec les portes fermées et avec plusieurs fourgons des Mossos d’Esquadra gardant les environs. La police est venue à la demande d’Esquerra et qu’elle avait fait un périmètre pour empêcher l’entrée de plus de personnes, en particulier celles qui étaient venues de la manifestation devant le Bloc Llavors.

Une centaine de personnes ont participé au rassemblement devant le bloc de Llavors, dont plusieurs députés du CUP au Parlement. Il y a eu des moments de tension lorsque des objets et des peintures ont été jetés devant la ligne de police placée pour permettre l’accès au cortège judiciaire qui doit procéder à l’expulsion. Les agents ont dû charger pour permettre aux fonctionnaires d’entrer.

Certains des militants ont fait un cordon humain pour empêcher l’accès du cortège judiciaire et c’est pourquoi les Mossos les ont sortis un par un, tandis qu’au mégaphone, ils répétaient des messages aux assistants pour déverrouiller l’accès. Pendant le dispositif, plusieurs moments de tension ont été enregistrés, car les concentrés ont jeté de la peinture, de la farine ou des œufs contre la police anti-émeute, qui à son tour a fait usage de la force, à l’aide de matraques, pour maintenir la ligne de police et sécuriser la zone. . Des œufs ont frappé les députés de la CUP qui se trouvaient au premier rang, devant le cordon de police.

Enfin, vers 9 h 25, les Mossos ont pu entrer dans la maison, brisant la serrure, et une fois qu’ils ont vérifié qu’il n’y avait personne à l’intérieur, ils ont rendu la propriété au représentant légal de la propriété. Les manifestants ont continué leur manifestation devant le siège de l’ERC pour soutenir les militants qui sont entrés.

À l’arrivée des Mossos au bloc de Llavors, vers cinq heures du matin, ils ont rencontré un groupe de manifestants qui tentaient d’empêcher l’expulsion en ne laissant pas passer la procédure judiciaire, pour laquelle les agents ont entamé une médiation qui a échoué. . Dans une interview à Catalunya Rdio, le ministre par intérim de l’Intérieur de la Generalitat, Miquel Smper, responsable de l’action policière et a ajouté que « s’il y a un rapport de vulnérabilité des services sociaux pour éviter l’expulsion, il ne devrait pas être exécuté. Mais souvent ces rapports arrivent après l’action de la police ».

Cependant, tant la mairie de Barcelone que le Sindicat d’Habitatge de Poble Sec ont démenti Smper, assurant que les occupants de la propriété « ont le rapport de vulnérabilité pertinent, qui garantit qu’ils ne peuvent pas être expulsés », et que ce document a été en les travaux pendant des mois. C’est au tribunal qui a ordonné l’expulsion.

Pas vulnérable

Concernant cette expulsion du bloc Llavors, le Tribunal de première instance numéro 54 de Barcelone a prononcé une condamnation pour son exécution en 2019, qui a été confirmée par le tribunal de Barcelone, et a noté qu’il s’agit d’une procédure précaire, c’est-à-dire qu’il n’y a pas de type de lien entre le propriétaire et le locataire. En outre, il a souligné que l’occupant du bien a présenté un rapport de vulnérabilité, réalisé par les services sociaux de la mairie, qui n’a pas été admis par le magistrat, considérant que les conditions n’étaient pas remplies.

Pour cette raison, le tribunal n’a pas suspendu l’exécution de l’expulsion, considérant que l’occupant « Il a 28 ans et ne souffre pas de problèmes de santé notables. Elle bénéficie d’un soutien familial (parents et grand-mère) qui lui apportent un soutien financier et, par conséquent, on estime qu’ils peuvent lui offrir une maison où vivre. De plus, il occupe seul la maison. « Le 13 mai, la propriété de la propriété a demandé la présence de la police et le Le tribunal a ainsi accepté de soutenir le cortège judiciaire, comme cela se fait de la manière habituelle dans les procédures dans lesquelles il est prévu que la délégation peut avoir besoin de l’accompagnement de la police pour se conformer à une décision judiciaire.

Après l’opération dans le bloc de Llavors, les Mossos ont dénoncé administrativement 60 personnes pour désobéissance présumée les policiers et 9 personnes font l’objet d’une enquête pour délit de désordre public, et 3 autres pour une éventuelle attaque contre l’autorité. Il y a trois officiers légèrement blessés.

Les syndicats de la police ont également attaqué le gouvernement pour action policière. Ils assurent que les agents anti-émeute n’ont pas reçu l’ordre d’agir pour repousser les attaques qu’ils subissent lors de cette expulsion. Egalement de SAP-Fepol, ils affirment que « les personnes exerçant une fonction publique sont témoins d’un crime et ne font rien » en référence aux députés du CUP, car « ils peuvent être en désaccord avec une expulsion mais pas en faveur de l’attaque contre la police ».

Vous pourriez également aimer...