Prison pour deux faux inspecteurs du gaz qui ont trompé 13 personnes âgées environ 43.000 euros

Après avoir gagné leur confiance, ils leur ont fait croire qu’ils avaient été surfacturés sur certaines de leurs factures et avaient besoin de leurs coordonnées bancaires pour le remboursement.

Prison pour deux faux inspecteurs du gaz qui ont trompé 13 personnes âgées environ 43.000 eurosLE MONDE

Une question de genre. Habituellement, la typologie criminelle du faux collecteur de gaz ou d’électricité qui profite pour s’approprier de l’argent aux victimes âgées ou pour les voler est commise par des hommes qui portent toujours un uniforme lié aux entreprises qu’ils usurpent l’identité. Cependant, les Mossos d’Esquadra ont arrêté il y a quelques jours deux femmes, l’une âgée de 22 ans et de nationalité péruvienne, et l’autre de 25 ans et d’origine argentine, pour s’être fait passer pour des inspecteurs pour escroquer des personnes âgées. Deux autres hommes et une femme ont également été signalés comme complices présumés de l’opération.

Les agents précisent que les victimes n’étaient pas méfiantes puisqu’elles étaient avec deux jeunes femmes, de bonne apparence et de traitement cordial, et qu’elles disposaient également d’une base de données de personnes répondant à un profil de vulnérabilité : des personnes âgées vivant seules. N’étant pas des hommes, jusqu’à présent les plus fréquents dans ce type d’arnaques, ils ont gagné la confiance des personnes concernées. Selon les Mossos, les suspects, en coordination avec d’autres enquêtés, ont sélectionné les victimes avec des appels systématiques aux personnes âgées au hasard jusqu’à ce qu’ils trouvent quelqu’un qui accepte de recevoir une visite au domicile des travailleurs présumés d’un de leurs services de santé.

Le fait que lorsqu’ils ont reçu l’appel, les interlocuteurs se soient adressés par leur nom et leur prénom a généré encore plus de confiance et c’est pour cette raison qu’ils ont organisé une réunion. Une fois à l’intérieur de l’appartement, les deux femmes leur ont fait voir qu’elles vérifiaient la chaudière et ont demandé à pouvoir voir les anciennes factures pour vérifier que tout était correct. En tout temps, son comportement était très cordial et proche afin que les victimes se fassent confiance. Ensuite, ils leur ont fait croire qu’il y avait une erreur dans les factures qui avait généré des frais excessifs et qu’ils allaient suivre les procédures pour retourner l’argent qu’ils avaient payé en trop. Pour ce faire, il leur a été demandé le code PIN associé à leur carnet ou à leur carte sous prétexte qu’il était indispensable d’effectuer le retour.

En même temps que les suspects se trouvaient dans la maison avec la victime, un de ses complices est entré dans l’appartement par la porte principale, que les deux femmes avaient été chargées de laisser entrouverte, pour localiser le carnet ou la carte. Une fois qu’ils avaient saisi et mis à disposition le code PIN que les deux escrocs leur avaient fourni, ils pouvaient déjà opérer de trois manières différentes : achats de produits via internet, virements sur des comptes frontmen en échange d’une commission et retraits aux distributeurs automatiques. . Dans ce cas, ils ont toujours essayé de le faire d’une manière qui protégerait autant que possible leur identité, avec un masque ou d’autres accessoires qui cachaient partiellement leur visage, conscients des caméras dans les entités bancaires.

L'un des suspects
L’un des suspects

Les Mossos soulignent que le Procureur a pris en compte la gravité de la situation puisqu’après l’escroquerie les victimes, en tant que personnes âgées vulnérables avec très peu de revenus, se sont retrouvées dans une situation de précarité économique et ont dû s’adresser au réseau de la famille et des amis pour être en mesure de faire face aux dépenses mensuelles. Outre les suspects, les agents ont arrêté un membre du groupe qui était un chauffeur, qui a été libéré avec inculpation, et deux autres personnes qui reçoivent les virements bancaires, à partir des comptes bancaires des victimes.

Jusqu’à présent, les agents ont pu prouver que les personnes enquêtées ont saisi environ 43 000 euros auprès de 13 victimes à Barcelone, Cornell, L’Hospitalet de Llobregat et Badalona. En plus de prendre de l’argent à l’une des victimes de Cornell, ils ont également volé des bijoux d’une valeur de 17 000 euros. Les enquêteurs continuent de travailler pour déterminer s’il y a eu plus de personnes touchées. Le tribunal d’instruction numéro 1 de Cornell de Llobregat a ordonné l’admission des deux femmes en prison. L’enquête reste ouverte et de nouvelles arrestations ne sont pas à exclure.

Vous pourriez également aimer...