Pulse enterré dans le gouvernement valencien pour le dossier sur le frère de Ximo Puig

Bien qu’à l’extérieur, il n’y ait pas de fissures dans le soutien au président par ses partenaires, le PSOE interroge en interne l’enquête sur les compromis avec une batterie de questions écrites.

Le président Ximo Puig s'entretient avec les vice-présidents M
Le président Ximo Puig s’entretient avec les vice-présidents Mnica Oltra et Rubn Martnez Dalmau.EM
  • Enquête Le frère de Puig a alerté ses partenaires du cartel sur un concours de Punt avant sa publication: « Cela ne semble pas si compliqué »
  • Chronique Nous, les frères Puig

Le président valencien, le socialiste Ximo Puig, a une nouvelle fois esquivé la fléchette du PP qui tente de le placer au centre du complot qui affecte son frère, le L’homme d’affaires de Castellón Francis Puig. Et il l’a fait avec le soutien de ses partenaires de la Generalitat, Comproms et United We Can, qui ont une nouvelle fois rejeté la commission d’enquête dans les Cortes que le PP réclamait sur l’aide au valencien, dont les firmes liées à Francis Puig et ses partenaires et qui se sont retrouvés devant le tribunal. Maintenant, derrière cette fermeture des rangs, il y a en fait une impulsion cachée dans le Consell.

La raison n’est autre que le rôle joué par Comproms dans une autre affaire qui, en parallèle, a frappé carrément Francis Puig et ses associés: l’enquête qui s’est terminée par une sanction par le Commission de défense de la concurrence de la Communauté valencienne, qui a conclu que le frère de Puig et ses partenaires avaient mis en place un « cartel » pour aimer un concours sur la télévision publique valencienne Punt.

L’organe qui veille à la défense de la concurrence relève non seulement du ministère de l’Économie, mais le sous-secrétaire de ce département qui contrôle les compromis est celui qui a dirigé l’enquête vers les entreprises Puig et leurs partenaires après avoir été dénoncé par Punt. Par ailleurs, conversations privées WhatsApp que les dossiers des entreprises intervenues ont été envoyés directement par le Département au procureur anticorruption et à l’Agence valencienne de lutte contre la fraude.

Le ministère de l’Économie avait-il trop de zèle avec ces entreprises en question? C’est le doute que le PSOE laisse entrevoir avec son dernier mouvement, qui vient en pratique remettre en cause les critères de son partenaire gouvernemental quant à ses actions dans cette affaire. Bien que la concurrence vise avant tout à Communications des ports (lié à Francis Puig) déjà Canal Maestrat Oui Kriol Produccions (des partenaires d’Adell Bover), le PSOE rappelle que la plainte contre la radio-télévision publique visait sept entreprises.

Dossier de sanction

Avec cet argument, le député socialiste Rose de Falastn Mustaf a écrit à Economa pour lui demander pourquoi seules quelques entreprises – celles liées au frère du président – ont fait l’objet d’une enquête et selon quels critères: «Quelles entreprises étaient tenues de fournir des documents et de quel type? Ministère? Si aucun dossier de sanction n’a été ouvert contre l’une de ces sept sociétés, quelle en est la cause et quel organisme a émis la résolution correspondante? ». L’économie n’a pas encore répondu.

Cette enquête sur la concurrence, en outre, a révélé à travers les discussions entre les hommes d’affaires comment ils se sont coordonnés pour se qualifier pour le aide à la valencienne du gouvernement de Puig. Au point qu’on a même découvert que les partenaires ont même pensé à un chanteur guinéen pour assister à des bourses de musique en valencien.

Mais, à l’extérieur, il n’y a pas de fissures dans le gouvernement valencien avec cette question avec laquelle le président a toujours essayé de marquer des distances, car il n’y en a pas eu dans le cas de l’ex-mari de la vice-présidente Mnica Oltra, condamné pour abus sexuel d’une mineure lorsqu’elle était sous la tutelle de la Generalitat.

La dernière proposition du PP d’une commission d’enquête sur toute l’aide à la valencienne a reçu le ne pas retentissement des trois partenaires Botnic. La porte-parole adjointe du PP dans les Cortes, Eva Ortiz, a dénoncé que le réseau de Puig et de ses partenaires a obtenu « illégalement » depuis l’adhésion de Ximo Puig à la Generalitat un total de 2,3 millions d’euros de subventions, dont « plus de 50% sont destinés à l’aide à la promotion du valencien ».

Cependant, les entreprises en question reçoivent déjà des aides avant 2015 «avec les mêmes critères techniques», selon Comproms. Pour United We Can, le PP «a simplement une obsession pour le valencien et pour le stigmatiser».

Maintenant, n’oubliez pas que ces aides ils assoiront le premier poste élevé de l’exécutif de Puig sur le banc. Au directeur général de la politique linguistique, Rubn Trenzano, de Comprom, a été ouvert un procès oral pour délit de falsification dans un acte public, c’est-à-dire pour avoir prétendument dissimulé l’absence de contrôle de la Generalitat sur les subventions accordées à Francis Puig.

Vous pourriez également aimer...