Rébellion de quartier contre le stationnement dissuasif : « On a déjà d’énormes embouteillages »

La rébellion du quartier contre les parkings a commencé. Les habitants de Moncloa-Aravaca, Mar de Cristal (Hortaleza) et Tres Olivos (Fuencarral-El Pardo) s’insurgent contre l’installation de stationnements dans leurs quartiers, qu’ils jugent inutile.

La création de ces parkings favorise les madrilènes qui vivent loin du centre et ils viennent des banlieues pour travailler, mais ça fait mal aux habitants où sont installés les garages, qui ne veulent pas être inondés par les voitures d’autres quartiers.

Les habitants d’Aravaca se mobilisent depuis des mois contre la construction d’un grand parking de cinq étages avec près de 1 000 places sur le parking qui se trouve actuellement à côté de la gare de Cercanas et qui coûté 16 millions d’euros.

Les voisins assurent qu’il n’y a pas de problème de stationnement dans cette zone et, en fait, dans le parking actuel il y a des places gratuites tous les jours.

Il y a quelques années nous avons eu des problèmes, mais la circulation dans les rues a été réorganisée pour pouvoir se garer sur batterie et nous avons gagné 400 nouvelles places. Nous n’avons pas besoin de plus. Mais s’ils en créent 1 000 autres, ils attireront du trafic dans notre région et le rond-point d’accès sera bloqué, explique Regina Chambel, présidente de l’association de quartier Osa Mayor de Aravaca.

Améliorer la qualité de l’air

La mairie de Madrid fait valoir que ces parkings visent à améliorer la qualité de l’air en empêchant l’entrée de véhicules dans l’amande centrale et c’est pourquoi ils sont situés à proximité des M-30 et M-40 ou à proximité des stations de métro ou proche. En fait, ils sont gratuits pour les usagers des transports publics, mais pas pour les habitants.

Cependant, la Fédération régionale des associations de quartier (FRAVM) fait valoir que ce n’est pas seulement que les voitures n’atteignent pas le centre-ville, mais que les quartiers périphériques peuvent aussi respirer.

Le démarrage de ces garages était la grande proposition de l’ancienne maire Manuela Carmena, qui avait promis de construire 12 parkings avec 10 000 places afin que les voitures puissent stationner à la périphérie de la ville et ne pas accéder au centre de Madrid. Pourtant de tous un seul s’est levé: celui du Metropolitan Wanda.

Les onze autres parkings promis devaient être installés dans Pitis et Paco de Luca (Fuencarral), Fuente de la Mora et Canillejas (Hortaleza), Valdebebas (Barajas), Santa Eugenia (Vallecas), San Cristbal, Villaverde Alto et Villaverde Bajo Cruce (Villaverde), Aviacin Espaola et Colonia Jardn (Latina). Sur ces onze, ceux de San Cristbal, Villaverde Alto, Santa Eugenia et Colonia Jardn étaient stationnés en raison de problèmes avec le terrain, qui n’appartenait pas à la mairie.

L’équipe de Jos Luis Martnez-Almeida a alors cherché d’autres six nouveaux emplacements à Tres Olivos (Fuencarral-El Pardo), Moncloa-Aravaca, Barajas, Valdebebas, Puerta de Arganda (Viclvaro) et Mar de Cristal (Hortaleza).

Cependant, ces nouveaux emplacements ne se sont pas bien installés avec les voisins. Dans cette zone, il y a déjà un énorme embouteillage. Nous avons le même pont d’accès d’il y a plus de 50 ans. 500 véhicules aux heures de pointe ? Où vont-ils aller et venir s’ils ne le peuvent pas maintenant ? Ça va être l’enfer, critique Javier Gmez, porte-parole de la Plateforme contre Tres Olivos Parking.

Vicente Prez Quintana, responsable de l’Urbanisme et de l’Habitat à la FRAVM, allègue en outre que ces parkings devrait être situé à la périphérie de la ville et pas à l’intérieur.

Ces parkings font plus que dissuader ce qu’ils font, c’est encourager les gens à prendre la voiture pour aller travailler. Les parkings doivent être à la sortie de la M-40 devant la gare voisine afin que les gens puissent se déplacer dans les transports en commun, commente-t-il.

Le PSOE critique aussi la construction de ces garages « sans études d’impact » où il n’y a pas de demande et ils condamnent que le conseiller-président du district de Fuencarral-El Pardo, Javier Ramrez, a interdit l’installation de tables pour recueillir des signatures contre le garage Tres Olivos, mais l’a autorisé à le faire contre les grâces.

« Ils vont détruire les espaces verts et des dizaines de millions d’euros publics seront dépensés inutilement. A Tres Olivos, ils devront abattre 70 arbres pour lever cette absurdité », argumente Ignacio Benito, conseiller socialiste chargé de l’Environnement.

Les habitants dénoncent également que le parking dissuasif Fuente de la Mora récemment ouvert, dans le quartier Virgen del Cortijo, c’est presque vide tous les jours.

Les voisins critiquent l’opacité avec laquelle le conseil municipal agit. Il n’y a aucune transparence et aucune participation. C’est la meilleure parcelle du quartier et ce sera un endroit parfait pour avoir une bibliothèque, conclut Raquel Collado, porte-parole de la Plateforme Non au Parking de Mar de Cristal.

Vous pourriez également aimer...