Sánchez garde le cap malgré la peur des barons pour le résultat en Andalousie

Il ne croit pas que les résultats aux élections andalouses soient une retouche alors que les territoires avertissent de la « déconnexion »

Pierre S
Pedro Sánchez avec Adriana Lastra dans l’exécutif fédéral du PSOE.J. BARBANCHO
  • Élections andalouses L’incapacité à mobiliser l’électorat aggrave le déclin du PSOE
  • PSOE Lastra ne félicite pas Juanma Moreno et dit qu’il a gagné grâce aux fonds que Sánchez lui a transférés pour lutter contre le coronavirus

Dans la direction nationale du PSOE, la volonté est de construire un mur de sacs de terre pour contenir l’inondation causée par le coup historique subi aux élections andalouses et empêcher Pedro Sánchez de se mouiller les pieds. Les résultats de Andalou Ils ne peuvent pas être extrapolés, ont répété les accusations du PSOE ce lundi pour tous les coins de l’Espagne. Malgré le fait que les membres de l’exécutif considèrent que l’autocritique est nécessaire, et beaucoup, le slogan officiel justifie les mauvais résultats -inférieurs à un million de voix et avec 30 sièges, trois de moins qu’en 2018- dans l’incapacité à mobiliser leur électorat .

Pedro Sánchez a déclaré lundi à son exécutif que le gouvernement était fort et solide et qu’il y avait une législature. Il maintient son cap. En fait, il espère changer de rythme et tourner la page avec le nouveau décret anticrise, pour lequel de nouvelles mesures sont déjà à l’étude, comme la baisse des transports en commun, et le sommet de l’Otan. Mais dans les territoires, on note que les résultats mettent en garde contre une déconnexion avec la rue tout en supposant qu’il n’y a pas d’effet Sánchez : c’est-à-dire que les régions ne bénéficient pas électoralement de l’action du gouvernement à Madrid. Il n’y a pas d’attraction.

ce lundi dans Ferraz, siège de la direction nationale, la réunion de la Commission exécutive fédérale a duré plus longtemps que d’habitude. Sur la table se trouvait l’analyse des résultats d’Andaluca, qui a laissé au PSOE son pire bilan historique et 19 points et 28 sièges du PP. Il y avait plus de tournures de parole que d’habitude. Les visages, très sérieux. Dans la citation, des sources socialistes expliquent qu’il y avait des opinions différentes, mais que le but était de laisser de côté l’importance du projet collectif et de l’unité. Cependant, dans le PSOE, il y a des inquiétudes. D’abord parce que la croyance est déjà largement répandue que lier le PP à Vox, faire appel à la peur de l’extrême droite pour réclamer le vote utile en se présentant comme l’antidote démocrate, ne fonctionne pas. Ce vote utile est allé au PP et non au PSOE, reflète dans le parti après les élections en Andalousie. Il faut faire son autocritique et ne pas tomber dans la complaisance, avouent des sources socialistes, qui reconnaissent le résultat écrasant du PP.

La direction, qui évite l’autocritique, et même les dérapages que Juanma Moreno avait gagnés grâce aux ressources économiques données par le gouvernement, a finalement reconnu ce lundi des erreurs. Des erreurs ont été commises. Lorsque les résultats escomptés ne sont pas atteints, il faut analyser les causes pour lesquelles ils se sont produits, en prendre note et veiller à ce qu’ils ne se répètent pas, a expliqué Felipe Sicilia, porte-parole de l’exécutif. Pour l’instant, ils assument leur incapacité à mobiliser leur électorat et attendent les analyses post-électorales pour tirer davantage de conclusions.

Mais il y en a un qui est déjà assumé au sein du parti et dans les territoires, compte tenu des dernières élections : le président du gouvernement, Sánchez, ne fait pas preuve d’assez de dynamisme pour dynamiser le parti. Être à La Moncloa ne se traduit pas par un avantage électoral. Le gouvernement accuse l’usure et il n’y a pas de traduction dans la somme des voix. Au contraire. Lors des trois dernières élections –Madrid, Castille et Leon Oui Andalou-, les socialistes ont perdu des appuis. Ils l’ont aussi fait en Galice et le pays Basque en 2020, et amélioré de Catalogne en 2021.

La direction du PSOE défend que les premiers étaient des territoires favorables au PP et que les socialistes n’ont rien perdu puisqu’ils n’ont pas gouverné. Dans le cas de l’Andalousie, il convient de rappeler que le PSOE a été le parti qui a gouverné le Conseil pendant près de 40 ans, jusqu’en 2018.

Lorsque Sánchez est arrivé à La Moncloa, sa force était supérieure à la valeur de la marque PSOE, mais depuis plus d’un an, en raison de l’usure subie par le président et le gouvernement, ce n’est pas le cas. Cela se traduit par le fait que la présence du chef de l’exécutif ou des ministres n’est pas une assurance de somme, d’attraction de vote. Ils le savent à La Moncloa et ils le savent dans les territoires.

Retrouver « l’illusion »

Le PSOE et La Moncloa soutiennent que le 19-J n’étaient que des élections régionales, que l’action du gouvernement n’a pas été jugée. Ils ne voient pas le coup électoral comme un signal d’alarme pour l’exécutif, malgré le fait que les ministres socialistes ont déployé un programme électoral intense et, même, Sánchez est venu jouer un rôle escorté par la moitié du gouvernement.

Il y a une déconnexion avec les gens. C’est une idée palpable dans le parti et qui transparaît dans plus d’un territoire ; la nécessité de récupérer « l’illusion » du peuple. On considère que soit on ne parle pas clairement, soit on ne parle pas de ce qui inquiète les gens, soit ils en ont marre qu’on se batte. Sánchez a déjà exprimé il y a quelques jours qu’il en avait assez des affrontements de Podemos car ils génèrent une démobilisation.

Ainsi, dans les territoires, où ils jugent nécessaire que Sánchez fasse un geste ou fasse un geste pour réactiver les socialistes, ils se préparent à affronter les prochaines élections en autosuffisance, défendant leur gestion autonome ces dernières années. Nous espérons que l’électorat valorisera notre gestion, disent-ils d’une communauté socialiste.

En Aragon, il y a un gouvernement qui répond aux attentes, a souligné Javier Lambn, le président aragonais, dans ce sens. Travailler pour consolider le changement amorcé en 2015, a observé le porte-parole des socialistes valenciens, Anna Dominguez, sur votre feuille de route.

Vous pourriez également aimer...