Sánchez ignore la demande de Feijo de convoquer les présidents et avertit le PP : « Les lois sont respectées »

Le chef de l’Exécutif défend que son plan d’économies est « cohérent » et qu’il est « en ligne » avec le reste des pays européens

Le président du gouvernement, Pedro S.
Le président du gouvernement, Pedro Sánchez, à Lanzarote.Adriel PerdomoEFE
  • crise de l’énergie Les femmes autonomes du PP demandent le retrait du plan d’épargne, Ribera le rejette et Madrid annonce qu’elle présentera un recours devant la Constitution
  • décret Le gouvernement limitera la climatisation à 27 degrés dans les transports, les centres de travail et les commerces et le chauffage à 19

Pedro Sánchez considère que le dialogue avec les communautés autonomes est réglé en vue de l’entrée en vigueur ce mercredi de l’arrêté royal avec les mesures d’économie d’énergie après la tenue aujourd’hui de la Conférence sectorielle de l’énergie entre le gouvernement et les conseillers autonomes. De cette façon, le président a prévenu le PP, qui a exigé aujourd’hui le « retrait immédiat » du plan, que « les lois sont respectées ».

Le chef de l’exécutif a ainsi ignoré la demande faite hier par le leader de l’opposition, Alberto Nez Feijo, de convoquer cette semaine une Conférence des présidents de « s’entendre » sur les mesures que les collectivités devront appliquer en partie. Le PP a de nouveau insisté aujourd’hui sur cette demande, cependant, Sánchez a pris ses distances avec l’argument selon lequel le gouvernement était déjà « en contact » avec les communautés autonomes « avant » de donner le feu vert au décret royal en Conseil des ministres et que ce lundi s’est tenue une nouvelle réunion spécifique entre la troisième vice-présidente et ministre de la transition énergétique, Teresa Ribera, et les conseillers de la filière.

« Par conséquent », a fait remarquer le président, « il demandera au PP l’unité, la responsabilité et la solidarité ». C’est la triple affirmation sur laquelle Sánchez s’est concentré lors d’une conférence de presse avec le président de les îles Canaries, Ange Victor Torresau siège de Conseil de Lanzarote. Dans ce document, il a souligné que la situation « exige » que le PP et les administrations « joignent leurs épaules » et « se joignent à l’effort collectif » pour faire face aux conséquences de l’invasion de l’Ukraine.

En tout cas, il a prévenu le PP que « responsabilité » signifie « se conformer à ce qui est approuvé par le Conseil des ministres ». Car les lois, a-t-il souligné, « sont respectées » et c’est « ce que les administrations publiques doivent faire ».

Face aux critiques du PP et à son rejet du plan, Sánchez a défendu qu’il s’agit d’un plan « cohérent » et qu’il est « en ligne » avec le reste des pays européens du fait d’un engagement à réduire la consommation d’énergie de 7% dans le cas de l’Espagne et 15% dans le cas des autres nations. Pour toutes ces raisons, il a indiqué qu’il n’y aurait pas de retour en arrière de sa part car l’Espagne « va se conformer ». En outre, il a souligné l’exemple de « l’unité » qui s’opère au sein de l’Union européenne.

Sánchez s’est opposé au PP, qu’il a critiqué pour son attitude et qui a regretté que demander « l’unité, la responsabilité et la solidarité » soit comme « prêcher dans le désert » car ils ne l’ont pas fait depuis « deux ans » avec « la pandémie et maintenant avec la guerre. » Ainsi, il a accusé le populaire de pratiquer son « opposition de toujours », qu’il a qualifiée de « destructrice », qui « bloque », « nie » et qui ne cherche pas « l’unité ».

Concernant les doutes sur l’impact économique du plan énergétique, le président a souligné que parmi les avantages, il signifie « économiser de l’argent » sur la facture d’électricité, ainsi que faire face à « l’urgence climatique ». De plus, a-t-il souligné, cela signifie tenir tête au « chantage de Poutine ».

★★★★★