Sept femmes sur 10 victimes de harcèlement sexuel au travail ne se signalent pas par crainte de représailles

Par peur d’être pointé du doigt, par honte, pour ne pas perdre son emploi … Le harcèlement sexuel au travail est majoritairement réduit au silence en Espagne car sept femmes victimes sur 10 choisissent de cacher les épisodes qu’elles ont subis et non le signaler à l’entreprise en raison du risque de représailles ou de stigmatisation sociale. Cela implique que les entreprises ne sont pas au courant de la situation et qu’une grande majorité de ces actes restent impunis, tandis que les femmes doivent supporter seules les conséquences psychologiques et physiques du harcèlement.

C’est l’une des principales conclusions de l’étude Harcèlement sexuel et harcèlement pour raisons de sexe sur le lieu de travail en Espagne, réalisé par CCOO et parrainé, financé et coordonné par le Délégation gouvernementale contre la violence de genre, qui a été présenté ce jeudi à Madrid avec le délégué, Victoria Rosell, et deux des responsables de l’égalité et des femmes du syndicat, Image de balise Elena Blasco Oui Rachel Gmez. Le rapport fournit des données complémentaires à d’autres études antérieures, comme la macro-enquête sur la violence à l’égard des femmes 2019, qui conclut déjà qu’une femme sur cinq victime de harcèlement sexuel en Espagne assure que cela a eu lieu dans le domaine de son travail.

Le nouveau rapport met désormais en garde contre la grande «invisibilité» que les épisodes de harcèlement sexuel et sexuel ont sur le lieu de travail. «Non seulement ils se cachent, mais ils ne sont pas partagés avec d’autres personnes», ce qui laisse les victimes dans une situation de grande vulnérabilité car elles doivent «apprendre à vivre ensemble et faire face» à ces expériences individuellement. Les données sont très élevées. 72% des femmes qui ont subi des pratiques de harcèlement admettent ne pas avoir donné de préavis ni porté plainte

La raison en est qu’il y a un « manque de confiance » parmi les travailleurs que la plainte aboutira et que « cela ne se transformera pas en quelque chose qui leur nuira davantage ». Autrement dit, la peur est ce qui les saisit parce qu’ils sentent qu’ils peuvent perdre leur emploi ou être jugés ou interrogés par d’autres collègues pour être le centre de «commérages» ou de «bavardages».

«J’ai demandé le licenciement volontaire parce que je n’en pouvais plus, j’étais supérieur, il a mis tous mes collègues contre ça, et quand je suis allé demander le licenciement, une personne m’a remarqué et m’a aidé en quittant le centre. Mais Je ne pourrais jamais rien dire, ce furent de mauvaises années, il n’y avait pas de protocole », raconte l’un des témoignages fournis dans l’étude.

La difficulté de le tester

Il est souligné que la «réalité» montre qu’il est «très difficile de fournir la preuve d’un comportement qui se produit fréquemment sans témoin, et cela décourage de nombreuses victimes de prendre des mesures juridiques appropriées». Sans plainte, il n’y a pas de réponse de l’entreprise et, par conséquent, les cas de harcèlement restent «impunis».

Il existe une autre donnée de l’étude qui reflète la mesure dans laquelle ces situations sont réduites au silence. 51,6% des femmes ne savaient pas si d’autres collègues féminines avaient été victimes de harcèlement.

Les représentantes du Secrétariat Confédéral pour les Femmes et l’Egalité du CCOO, Elena Blasco et Raquel Gmez, mettent en garde contre l’importance de promouvoir « la formation et la sensibilisation » des salariés et dans les entreprises pour adopter une politique de « tolérance zéro » face aux harcèlement et, ainsi, permettre un cadre dans lequel les femmes ont la sécurité de dénoncer et de briser le cercle du silence. Pour cette raison, Blasco souligne l’importance d’améliorer les canaux et les outils de signalement afin que les actes de harcèlement ne restent pas impunis. «Souvent, ils sont dénoncés après coup, lorsqu’ils ont quitté les entreprises», dit-il, ce qui rend les choses plus difficiles à agir.

En ce qui concerne les actes à caractère ou contenu sexuel indiqués par les femmes interrogées pour cette étude, les pourcentages les plus élevés correspondent aux «blagues à caractère sexiste» (83,1%), aux «compliments et commentaires sexuels» (74,8%), «suggestifs gestes ou regards »(73,3%),« contact physique »(67,0%) et« demandes et invitations à caractère sexuel »(30,9%).

Plus de risque pour les jeunes, célibataires et précaires

Les jeunes femmes, celles qui n’ont pas de partenaire stable, celles qui ont une situation économique ou professionnelle très précaire ou les immigrés sont plus à «risque» de souffrir de harcèlement sexuel. Aussi ceux qui travaillent dans «des environnements fortement masculinisés ou dans lesquels une culture de groupe nettement sexiste prédomine».

En ce qui concerne les intimidateurs, l’étude assure qu’ils sont principalement des hommes, et qu’ils vont des patrons, des collègues ou des clients. Les femmes de l’échantillon indiquent que les épisodes de harcèlement subis ont été perpétrés principalement par des supérieurs hiérarchiques (47,4%), par des personnes de même catégorie d’emploi (32,4%) et par d’autres personnes (9,2%) parmi les parents et amis du le patron (1,8%) et les clients (1,5%) sont indiqués.

« Dans 86,1% des cas, les agresseurs étaient des hommes, dans 0,8% uniquement des femmes et dans 8,8% des hommes et des femmes (4,4% n’ont pas répondu à cette question) », souligne l’étude.

Anxiété, dépression, troubles physiques …

Les conséquences de l’intimidation pour les victimes sont psychologiques et physiques. Ils souffrent d’épisodes d’anxiété, de dépression, de troubles nerveux ou du sommeil, de maux de tête ou de problèmes gastro-intestinaux, entre autres effets. Et c’est que, s’il n’y a pas de plainte, la situation se perpétue et cela «peut avoir des effets négatifs sur la sortie des femmes affectées» qui conditionne également leur vie privée. 87,8% des personnes harcelées n’ont pris aucun congé. D’autres finissent par quitter le travail plus tard pour échapper à la situation.

D’autre part, l’étude rapporte que huit femmes sur 10 déclarent s’être senties discriminées au travail en raison de leur statut de femme. Parmi les actes de harcèlement fondés sur le sexe subis, citons le fait de cibler les femmes de manière offensive (61,1%), d’attribuer des tâches, des compétences ou des responsabilités en dessous de leur catégorie professionnelle (32,4%), d’être reléguées à la promotion professionnelle (25,7%), des problèmes d’accès ou en activité (22,2%) et reléguée en formation (15,4%). De même, les groupes de discussion créés pour recueillir des expériences mettent également en garde contre l’incidence de la maternité comme déclencheur de ces épisodes d’intimidation.

Vous pourriez également aimer...