Snchez prévient le Maroc depuis Bruxelles qu’il est son « principal allié » en Europe

Il remercie les institutions pour leur « soutien et solidarité » dans la crise et rappelle que la relation avec Rabat doit être basée sur « la confiance et le respect »

Pedro S
Pedro Snchez, à son arrivée au sommet de Bruxelles.AP

« Il n’y a pas de meilleur ou de plus grand allié du Maroc au sein de l’UE que l’Espagne. Notre relation est stratégique, nous voulons la plus constructive possible, mais basée sur deux axes: la confiance et le respect. » Avec ce message pour le pays voisin, le président du gouvernement, Pedro Sánchez, est arrivé à la réunion que les chefs d’État et de gouvernement de l’UE tiennent cette semaine dans la capitale communautaire. Après une semaine de crise, et après avoir reçu le soutien immédiat de toutes les institutions de premier plan, soulignant à maintes reprises que « les frontières de Ceuta ce sont les frontières de l’Union », Sánchez a remercié ses collègues pour leur soutien, mais il a surtout tenu à signaler à Rabat qu’il n’y a personne de mieux que notre pays pour« défendre les intérêts stratégiques du Maroc auprès de l’Union européenne ».

Le triangle Madrid, Rabat et Bruxelles a expérimenté ces derniers jours toutes les combinaisons possibles. Le gouvernement espagnol a demandé et dirigé le soutien de la Commission européenne, du Conseil européen et du Parlement européen, avec des tweets, des déclarations et des messages qui ne laissent aucune place à l’ambiguïté. Mais en même temps, il n’a pas voulu que l’UE assume un rôle de premier plan. « Je tiens à remercier la solidarité et la réponse ferme des institutions. Les trois ont exprimé leur solidarité avec l’Espagne lorsqu’ils ont vu les images de l’arrivée à Ceuta. Deuxièmement, je tiens à dire que pour nous, la migration est un défi important auquel tous les Les relations de voisinage de l’UE et de l’Espagne avec le Maroc doivent reposer sur deux piliers: la confiance et le respect », a assuré le président à son arrivée.

Madrid veut être le seul interlocuteur de Rabat sur cette question et elle veut également continuer à être le principal canal par lequel les relations entre Mohamed VI et Bruxelles. Il voulait des condamnations, mais pas beaucoup plus pour le moment, car l’objectif actuel est de faire baisser la tension et d’éviter une escalade. C’est pourquoi il n’a pas expressément demandé une discussion lors du sommet des dirigeants qui commence aujourd’hui en personne, mais uniquement pour expliquer ce qui s’est passé, brièvement, dans le cadre d’une discussion plus générique sur les migrations promue par l’Italie.

Le Maroc, à tout moment, a également voulu sortir l’UE de la polémique, car il ne veut pas perdre un seul euro de l’argent communautaire lié, d’une manière ou d’une autre, à sa gestion des flux migratoires. Et parce qu’elle est consciente que le prochain ambassadeur de l’UE dans le pays, qui prendra ses fonctions cet été, sera l’Espagnol Patricia Llombart, donc créer une division le long de cette ligne semble compliqué.

Pour sa part, l’Union elle-même a subordonné le ton et l’intensité de la réponse aux demandes de Sánchez. La lecture est qu’il s’agit d’un affrontement diplomatique et politique de courte durée. Ne pas provoquer une escalade ou l’arrivée de centaines de milliers de personnes, comme cela s’est produit en Turquie. Et par conséquent, la meilleure façon de résoudre ce problème est de laisser les personnes impliquées résoudre le différend le plus rapidement possible et sans générer plus de bruit. Il n’y aura donc pas de conclusions écrites sur le sujet au Conseil européen et aucune déclaration majeure n’est attendue. L’accent est mis sur la Biélorussie et cela favorise toutes les parties.

Vous pourriez également aimer...