Teresa Pardo (Cs) : « Le ministre Montero nous tend des pièges pour qu’on n’équilibre pas les comptes andalous »

Député de la plus haute confiance de Juan Marn, a assumé la porte-parole du groupe parlementaire à l’heure où le vice-président du Conseil cherche à se renforcer en interne face aux primaires de 2022

Teresa Pardo, au Bureau des citoyens du Parlement andalou.
Teresa Pardo, au Bureau des citoyens du Parlement andalou.CS

Elle est avocate, de Malaga aux parents catalans qui se sont installés sur la Costa del Sol après être tombés amoureux de la terre lors de leur lune de miel. Elle a été conseillère à Crtama et députée provinciale et, depuis un mois, Teresa Pardo est la nouvelle porte-parole des Citoyens au Parlement andalou. Même s’il dit qu’il ne s’est jamais intéressé à la politique, mais plutôt à l’engagement social.

Le remplacement à la tête du groupe parlementaire a-t-il été un gouvernail de Juan Marn pour éliminer les dissensions internes ?
Elle a été un relais naturel dans un groupe cohérent composé de citoyens auxquels ce qui les unit est leur désir de travailler pour l’Andalousie.
Mais le bruit interne dans le groupe n’a pas cessé. La semaine dernière, il y avait déjà des divergences par rapport à la proposition du gouvernement Pedro Sánchez de créer une entreprise publique d’électricité. Il y avait des députés qui ont publiquement interrogé Juan Marn pour avoir dit que toutes les alternatives devraient être étudiées.
Nous sommes libéraux. Et nous ne pénalisons pas la liberté d’expression. Nous pouvons commenter et débattre. Et nous prenons des décisions qui ne convainquent pas tout le monde. Mais, sur le fond, pas en apparence, les 21 membres du groupe partagent le même objectif, qui est d’améliorer la vie des Andalous.
Vox dit que le principal facteur d’instabilité dans le gouvernement andalou ne sont pas eux mais les citoyens, en raison de leur crise interne et de la déroute qu’ils subissent après la débâcle électorale.
Pour l’élégance je ne me prononcerai jamais sur les autres parties. Mais, pour résumer : Vox veut des élections et nous sommes là pour apporter des solutions. Le seul effort de Ciudadanos est de pouvoir épuiser la législature pour continuer à proposer des propositions politiques telles que celles qui ont placé l’Andalousie en tête de la création d’emplois, de la croissance des travailleurs indépendants ou des exportations. Et avec les meilleures ressources en services sociaux, en santé ou en éducation. Nous devons approuver la réforme de la loi foncière (LISTA) ou la nouvelle baisse d’impôt et la loi de finances. Mais Vox veut que nous nous arrêtions dans notre élan et que nous retournions au box de départ. Il est obscène, avec lequel il tombe, de parler d’élections, alors que ce gouvernement a de l’engagement et de la stabilité.
Une question collatérale, comme les spectacles des toreros nains, a provoqué un désaveu interne que nous n’avons pas vu à ce jour dans le gouvernement andalou, après que le ministre des Politiques sociales a averti les promoteurs de sanctions et que la Présidence, au contraire, a autorisé le spectacle.
Nous trouvons très regrettable que le handicap soit utilisé comme une arme dans le débat politique. Nous devons travailler pour offrir à ces personnes des opportunités qui leur permettent de travailler et de vivre dans la dignité. Et c’est ce que fait Ciudadanos. Cela dit, en tant que parti libéral, nous défendons la sécurité juridique, la liberté et l’application de la norme. N’étant pas celui qui, avec qui il tombe, entrave l’accomplissement d’un travail légal, je me fiche de qui c’est. Vous devez écouter toutes les parties. On ne peut pas aller à l’encontre de l’exercice d’une activité de travail qui, aujourd’hui, n’est pas interdite.
Je comprends alors que vous n’êtes pas d’accord avec les lettres que le conseiller de politique sociale, sous la direction de votre collègue Roco Ruiz (Cs), a envoyée aux promoteurs de ces émissions annonçant d’éventuelles sanctions.
Ce sont des actions du gouvernement et je ne connais pas les détails. C’est la conseillère qui prend ses propres décisions mais Cs est un parti libéral qui croit à la liberté personnelle. Et c’est pourquoi nous sommes favorables à l’euthanasie, à la loi sur l’avortement, à la régularisation de la prostitution ou à la libéralisation des drogues à usage thérapeutique.
Les citoyens n’ont pas encore choisi leur candidat pour les élections de 2022. N’insistent-ils pas sur la possibilité d’avoir des élections au printemps, par exemple ?
Le président du conseil d’administration a déclaré que les élections auront lieu lorsqu’elles seront dues. Et à Ciudadanos, nous n’ouvrirons aucun processus qui nous détourne de l’urgence jusqu’à ce qu’il y ait un appel formel à des élections. Il y a un an et maintenant nous essayons d’aider les familles à sortir de la crise : le prix de l’électricité a explosé et aujourd’hui, l’achat coûte deux fois plus cher qu’il y a quelques mois. Nous ne sommes pas dans cette clé électorale. Pour les Andalous ce n’est pas une priorité aujourd’hui de savoir qui sera le candidat des Cs en 2022. Je le garantis.
Certains leaders populaires andalous, comme le porte-parole Jos Antonio Nieto, commencent déjà à parler du PP comme du destin naturel de nombreux Référents Citoyens si leur parti ne parvient pas à revenir après les élections. Nous savons déjà qu’il s’agit du discours de Gnova mais il m’a semblé nouveau de l’entendre de la part d’un dirigeant andalou. Y a-t-il un changement de stratégie ?
Eh bien, vous devrez leur demander. Il me semble que nous avons eu un été olympique et que tout le monde veut porter une médaille (sourire).
Mais y a-t-il un risque de dissolution avant les élections ?
Ça n’arrivera pas. J’insiste sur le fait que si quelque chose caractérise ce gouvernement, c’est la loyauté interne. Et nous sommes deux partis très différents.
Cela donne l’impression que le vice-président, Juan Marn, assume déjà une prolongation du budget faute de soutien pour approuver celui de 2022.
Ce gouvernement a accepté des amendements à ses lois de finances de tous les groupes parlementaires. Par conséquent, je ne comprends pas pourquoi il ne serait pas possible d’avoir une majorité qui approuve les budgets 2022. Ce qui est vrai, c’est que la ministre des Finances, Mara Jess Montero, nous tend constamment des pièges pour qu’il soit impossible de carrér l’Andalousie. comptes. Le dernier, le paiement de la TVA qu’ils nous doivent comme s’il s’agissait d’une livraison au titre d’autres transferts de l’Etat.
Voyez-vous sincère la volonté de Juan Espadas de s’asseoir et de négocier des budgets ?
Faites-vous référence au délégué de M. Sánchez en Andalousie ? Je ne crois rien aux propos de M. Espadas, je n’apprécie que les faits. Le PSOE n’a pas digéré d’être dans l’opposition et s’est installé dans le « non » pendant toute la législature.
Une autre commission est nécessaire pour réanalyser les audits des administration parallèle? N’est-ce pas, comme dit Vox, un coup de pied en avant pour ne pas prendre le taureau par les cornes ?
Non. Il donne au Parlement sa place dans le processus. Et, si nous écoutons Vox, des élections auront été déclenchées et cela nous mènera au box de départ.

Vous pourriez également aimer...