Tezanos anticipe une semaine l’enquête de la CEI sur les élections catalanes pour catapulter Salvador Illa

  • Justice.

    Le TSJC maintient prudemment les élections du 14-F

  • Catalua.

    Les conseillers juridiques ont averti le Gouvernement de ne pas suspendre les élections pour « opportunisme politique »

La CEI dirigée par Jos Flix Tezanos dessine le scénario de rêve de Pedro Sánchez en Catalogne et soutient la construction du récit socialiste du Effet Illa. S’il s’agissait d’un match de football, on dirait que le sondage pré-électoral prédit que le président du gouvernement remportera cette finale en marquant un tour de chapeau, c’est-à-dire trois objectifs. Le premier, car le PSC sera en tête pour la victoire électorale. La seconde, car elle jetterait les bases d’une tripartite avec ERC et commun dirigé par Salvador Illa, qui a rompu avec des années d’unité d’indépendance. Et le troisième, parce que le projet d’opposition de Pablo Casado serait très touché par la sorpasso de Vox au PP et les virages conséquents du populaire.

Cette prétendue révolte sur la scène politique catalane aurait d’ailleurs été réalisée en un temps record. Selon le CIS, en seulement deux semaines. Car Illa a annoncé sa candidature le 30 décembre et l’institut public a mené les entretiens entre le 2 et le 15 janvier. Les temps sont tellement tendus pour consolider des conséquences si bénéfiques pour le CPS (entre 13 et 18 sièges de plus qu’en 2017), que l’opposition est allée plus loin dans sa remise en cause habituelle de la crédibilité de l’organe démographique pour accuser ouvertement Tezanos d’essayer de fabriquer un « état d’esprit » avec ce sondage.

En ce sens, il y a des éléments déroutants. Dans un premier temps, le CIS a agi de manière inhabituelle en faisant avancer la publication de son étude d’une semaine pour ce qui est sa propre coutume. Que ce soit aux élections catalanes de 2015 ou 2017 ou aux élections générales, régionales, municipales ou européennes, la CEI diffuse ses études pré-électorales toujours entre un et deux jours avant le début officiel de la campagne. Mais cette fois, il a surpris en avançant d’une semaine, alors que cela aurait dû être le 27 ou 28 janvier.

L’une des conséquences immédiates de cette anticipation est qu’elle fait irruption dans le débat politique et juridique à la date des élections, étayant la thèse selon laquelle le report promu par le mouvement indépendantiste ne pouvait pas être pour des raisons de santé, mais pour la croissance spectaculaire du CPS. En outre, avec les données d’Illa, cela alimente également le récit triomphaliste du remplacement de Miquel Iceta en tant que tête d’affiche.

La candidature emmenée par le ministre de la Santé toujours obtiendrait 23,9% des voix, tandis qu’Esquerra, en deuxième position, resterait plus de trois points (20,6%). Avec cette estimation, les deux concourraient pour la victoire dans des sièges avec des épingles à cheveux qui iraient entre 30 et 35, dans le cas du PSC, et de 31 à 33 pour les républicains. L’autre côté de la médaille sera les citoyens et PP, qui apparaissent comme les grands vaincus.

CIS Catalonia Janvier 2021

La CEI place à nouveau le CPS dans la centralité politique de la Catalogne et catapulte la figure d’Illa. Il projette que le candidat socialiste est le mieux valorisé et, en outre, qu’il est préféré par une majorité de Catalans pour présider la Generalitat, avec un pourcentage beaucoup plus élevé que les autres. 22% des électeurs ont opté pour le leader socialiste, bien au-dessus de ceux qui préfèrent Laura Borrs (11,1%) ou Pere Aragons (9%). Le chef du ministère de la Santé est également le seul homme politique catalan à avoir obtenu un laissez-passer (5), suivi également de ses deux rivaux les plus directs, les têtes de liste des Junts par Catalunya et ERC, à égalité avec 4,6.

L’étrange ascension de Podemos

United We Can, le partenaire minoritaire du gouvernement de coalition, est l’autre grand bénéficiaire de la CEI. Tezanos sauve l’équipe de Pablo Iglesias des mauvaises prévisions, annonçant également une augmentation notable de leurs attentes. Il prédit qu’il aura entre 9 et 12 sièges, ce qui signifie entre un et quatre députés de plus qu’il n’en a actuellement. Les données d’En Com Podem sont surprenantes car le CIS lui-même estime, dans la même étude, que commun Ils ont un taux de fidélisation de seulement 54% de leurs électeurs en 2017. Dans cette grande fuite de soutien, le PSC en profite, auquel 20% des électeurs iront violets. Malgré ce qui précède, le CIS prévoit une augmentation considérable commun.

Le soutien électoral de la marque catalane de Podemos permet de maintenir bien vivante la possibilité d’une tripartite de gauche avec les socialistes et l’ERC. Les trois pourraient atteindre la majorité absolue de manière confortable et mettre fin aux gouvernements d’unité dans une clé indépendantiste. Un objectif auquel aspirent Sánchez et Iglesias.

Cependant, ERC pourrait encore réussir à gouverner avec JxCat et le CUP, les deux autres partis séparatistes au Parlement. La fourchette la plus élevée du scrutin leur donne une somme de 71 députés, ce qui est au-dessus de la majorité absolue (68), même si la prévision la plus basse les laisserait à 59 sièges.

Le crash du Cs profite plus à Vox qu’au PP

La CEI dresse un panorama du retour à la normalité en Catalogne après les résultats exceptionnels de 2017, sous l’influence du 1er octobre et de l’application de l’article 155. Dans cette polarisation, les plus bénéficiaires ont été JxCat et Ciudadanos, qui ont remporté les élections mais sans la capacité d’articuler une majorité non indépendante. Désormais, les deux forces subissent un effondrement avec la désinflammation de la politique catalane et la baisse des tensions.

Dans le cas du Cs, le saignement est énorme. Vous perdrez 6 votants sur 10. Des 36 députés historiques, il passera désormais à 13-15, soit un peu plus d’un tiers. Près de 14% de ses électeurs iront au PSC, 13% iront à l’abstention et près de 12% opteront pour Vox qui, grâce à ce transfert de voix, fera irruption au Parlement avec entre 6 et 10 députés. .

Avec cette prévision de Vox, la CEI secoue les pires fantômes du PP et ravit Sanchez pour avoir pris le virage de Casado. Et c’est que le parti Santiago Abascal serait en mesure de donner la cloche avec le sorpasso au PP, puisqu’ils n’ont réussi qu’à passer des quatre sièges actuels à sept. Mais ce qui est pire, populaire ils resteront alignés sur les forces constitutionnalistes de Catalogne.

Parmi les causes, selon la CEI, le PP serait la quatrième option des anciens électeurs de Ciudadanos en 2017. Seuls 8,2% parieraient sur eux, tandis que la liste des Alejandro Fernndez Vous verrez comment il perd près de 15% de ses électeurs à ce moment-là pour aller à Vox. Ce résultat remplit de pessimisme ceux de Casado tandis que, en revanche, gèle la candidature d’Ignacio Garriga.

La chute de JxCat

L’estimation du vote de la CEI jette de mauvaises nouvelles pour les formations sécessionnistes, qui, loin d’avoir atteint l’objectif de collecter plus de cinquante% des voix, restera deux dixièmes sous le 40%. De son côté, le soutien électoral du PSC, Cs, En Com Podem, PP et Vox atteindra le 55,6%.

Le principal facteur de perte du vote indépendantiste est la chute des Junts -avec un soutien de 12,5% et entre 20 et 27 députés-, qui verront toute probabilité de réimposer Esquerra contre toute attente, comme cela s’est produit lors de la convocation. de 2017, lorsque Carles Puigdemont a capitalisé sur la lutte électorale alimentant les attentes d’être à nouveau élu Président malgré sa fuite en Belgique. Une partie de ces votes est recueillie par la CUP, qui passe à 8-11 sièges. En revanche, le PDeCAT ne gagnerait pas à rompre avec Puigdemont et se retrouverait sans représentation parlementaire.

Au-delà des sièges qui sont distribués les uns par les autres, il existe une donnée très pertinente. Le CIS estime qu’il y a plus de 50% d’indécis. 40,7% déclarent «ne pas savoir» quoi faire, tandis que 11,5% «ne répondent pas».

Vous pourriez également aimer...