Tezanos ne tarit pas d’éloges dans son livre sur Sánchez : il est passé d’un « cliché négatif » à des « sympathies ferventes »

Le président du Centre de recherches sociologiques (CIS), José Flix Tezanos, fait l’éloge du président du gouvernement dans le livre qu’il vient de publier et intitulé Pedro Sanchez. Il était parti : des primaires à la Moncloa. Dans le texte, il explique que le secrétaire général du PSOE est passé d’un « cliché » négatif forgé par l’opposition et certains de ses collègues du parti à des « sympathies ferventes ».

Selon Tezanos, Pedro Sánchez était l’un de ces dirigeants qui, dès le premier instant, « sont tombés sur » une forte charge disqualifiante et insultante de la droite et aussi avec la « collaboration de certains camarades de classe » qui ont contribué à construire un « cliché négatif » du secrétaire général des socialistes.

Une situation qui, selon le président de la CEI, « n’est pas facile à supporter si l’on n’a pas des convictions profondes et une personnalité suffisamment trempée pour résister ».

Il a même rapporté que André Perell Il avait rappelé à Pedro Sánchez, après la « réunion houleuse du Comité fédéral du 1er octobre », que dans la culture espagnole il y avait une sympathie particulière pour les martyrs et que plusieurs fois dans l’histoire certaines personnes ont été martyrisées par certains et plus tard par d’autres. en cortège Perell, lors d’une des réunions de son cabinet d’avocats à Madrid, avait plaisanté avec Sánchez en déclarant: « Après qu’ils vous aient martyrisé, il ne vous reste plus qu’à commencer à être traité. »

Tezanos explique dans son livre -dans lequel il fait le tour de la vie de Sánchez, de son atterrissage en politique et de son arrivée à Moncloa- que les négativités politiques ne peuvent être dissipées que lorsque ceux qui sont « victimes de tels clichés critiques » ont la chance de gouverner.

Dans le cas de Sánchez, il assure que « les expériences politiques qu’il a subies avant son arrivée au gouvernement et le comportement digne qu’il a maintenu peu à peu lui ont valu une fervente sympathie » auprès d’un nombre non négligeable de citoyens. Comme il l’explique, lorsque le chef de l’exécutif a commencé à exercer ses fonctions de président, les citoyens ont pu vérifier que « les préjugés qui leur étaient imprégnés ne correspondaient pas à la réalité ».

Ceci, assure-t-il, explique le processus « inverse » auquel il a assisté immédiatement après et qui, selon Tezanos, forme un phénomène politique et sociologique singulier.

Ainsi, explique-t-il que son image « a priori » de dirigeant extrémiste s’est dissipée avec la réalité d’un président « prudent », peu porté à l’extrémisme et qui a transmis « le calme et la confiance ».

« Il ne s’est jamais plié à l’indépendance »

Il affirme également que l’idée des supposées mesures économiques qui allaient effrayer les entreprises a été démentie, promouvant une « tranquillité économique raisonnable », avec des améliorations visibles du climat politique et un marché boursier qui ne s’est pas effondré à la suite de l’arrivée de Sánchez à la Moncloa.

Il ajoute que les « catastrophes » annoncées d’une « fragmentation de l’Espagne » ne se sont pas produites et que « plutôt au contraire, son comportement a été ferme et sans équivoque », citant son soutien à l’application de l’article 155 de la Constitution et son comportement ultérieur que « bien que toujours ouvert au dialogue et au calme, il ne s’est jamais plié aux exigences extrêmes des indépendantistes ».

Sur ce point, Tezanos affirme que sous le gouvernement Sánchez, le climat politique général en Catalogne s’est apaisé et la population favorable au sécessionnisme a diminué.

Le président de la CEI fait également valoir qu’il n’y a pas eu d’isolement international comme certains l’avaient prédit, mais le renforcement de la position de l’Espagne dans les forums internationaux, louant la formation internationale de Sánchez et sa maîtrise des langues anglaise et française.

Il n’y a pas non plus eu de « conséquences apocalyptiques » selon le livre, pour ne citer que des ministres mal formés, mais la gestion ministérielle a eu une reconnaissance publique notable.

Enfin, il précise que loin d’être une personne sans caractère ferme ou très froide, arrogante et distante comme on le lui a attribué, c’est une personne sérieuse, proche, cordiale et engagée, qui ne s’est pas laissée influencer « par pressions indues et il n’a pas cédé aux pressions ». Démontrant ainsi, assure Tezanos, qu’il est un « leader avec des critères et une fermeté d’esprit ».

Dans sa description, il conclut que Sánchez a fait un travail correct et dans certains cas « assez bien fait » et estime que cela a donné lieu à son image et aux évaluations de sa figure « s’étant améliorées dans l’opinion publique » jusqu’à ce qu’il soit devenu un dirigeant « bien valorisé et qui suscite de moins en moins d’avis négatifs et de notes sur l’échelle décimale ».

Certaines conclusions qui, selon Tezanos, ne sont pas fondées sur le « subjectivisme » ou une simple sympathie personnelle, mais sont plutôt étayées par une séquence cohérente d’évaluations par « de nombreux citoyens ».

Contre le PP et les citoyens

Tezanos ne manque pas une occasion dans le livre de critiquer les stratégies du PP de Pablo Casado et des Ciudadanos d’Albert Rivera. Selon lui, ils se sont lancés dans des stratégies de durcissement de leurs discours et de coalitions qui ont fini par favoriser l’extrême droite, qui a fini par « monter et s’imposer » dans des paramètres similaires à d’autres formations européennes d’extrême droite.

Il ajoute que de nombreuses critiques adressées à Cs n’étaient pas seulement pour être temporairement d’accord avec Vox mais pour avoir donné une lettre de normalité démocratique à ce parti qui l’a « blanchi » aux yeux de l’opinion publique.

En ce sens, il a rappelé les pactes des Cs et du PP dans les corporations locales où, dit-il, des maires ou des candidats issus de partis « assez minoritaires » étaient investis, faisant « certaines alliances contre nature ». Ce sont, dit-il, des accords qui remettent en cause le principe démocratique du vote majoritaire. « Dès lors, certains comportements sont compris comme une sorte de fraude électorale », fait valoir Tezanos.

Au contraire, il assure que la corrélation des forces qui s’est produite dans les sphères de la gauche après les élections de novembre 2019 a montré la direction dans laquelle les Espagnols ont préféré que la gouvernabilité de l’Espagne se déroule dans les années suivantes.

« Il était évident – dit-il – qu’il n’y avait pas d’autre option que d’aller vers de grands accords généraux de gouvernabilité entre les forces démocratiques, tout en recherchant des solutions fonctionnelles fondamentales qui pourraient soutenir une réforme constitutionnelle qui adapterait notre Magna Carta aux nouvelles conditions de diversification et fragmentation de la société espagnole et de son nouveau système de partis ».

En ce sens, Tezanos souligne que les élections du 10 novembre ont fait naître la nécessité d’engagements cohérents et la volonté de parvenir à des accords pour que la Constitution soit « bien orientée » afin qu’à l’avenir « nous n’ayons pas à être un jour si et un autre soumis également à une sorte de nouvelle loi d’airain du blocus ».

Vous pourriez également aimer...