Un haut fonctionnaire de la mairie de Séville à l’époque du PSOE et de l’IU, condamné à un an de prison pour détournement de subventions

Le juge considère que le directeur de la Fondation DeSevilla a dépensé l’argent qu’il a reçu pour des projets d’aide humanitaire en payant des salaires

Miguel L

Miguel Lpez Adn (à droite), avec l’ancien délégué aux sports, Francisco Manuel Silva (IU).
LE MONDE

Le tribunal correctionnel n ° 11 de Séville a condamné Miguel Lpez Adn, ancien gérant de Fundacin DeSevilla, à un an de prison et le paiement d’une amende de 742 500 euros pour détourner une subvention du conseil municipal pour la coopération et consacrer l’argent aux dépenses de l’association elle-même.

Dans une sentence du 5 avril à laquelle Efe a eu accès, le juge condamne Lpez pour un délit de fraude sur les subventions avec l’atténuation des retards injustifiés et lui interdit pendant trois ans d’accéder à des subventions ou des aides publiques et de bénéficier d’avantages ou d’incitations fiscales ou de la Sécurité sociale.

Le défendeur a assuré lors du procès que n’a pas traité « pas de facture » il n’a pas non plus utilisé les fonds pour payer des «dettes antérieures» ou pour des initiatives de la Gauche unie, formation à laquelle il appartenait.

Le parquet anticorruption a demandé quatre ans et demi de prison, une amende d’un million d’euros et le versement d’une indemnité de 742 500 euros à la mairie.

Le magistrat considère qu’il est prouvé que Lpez a demandé une subvention pour treize projets de coopération le 20 novembre 2008.

L’auditeur municipal avait déjà mis en garde le 1er décembre sur une série d ‘ »incidents » en relation avec le dossier, mais le maire adjoint de l’époque et délégué aux relations institutionnelles, Antonio Rodrigo Torrijos (IU), a proposé au conseil de direction l’approbation de l’accord, des dépenses et des paiements.

L’accord a été signé le 19 décembre et a pour objet des projets de coopération dans les pays en développement que la Fondation s’est engagée à exécuter entre octobre 2008 et octobre 2009, tandis que le conseil municipal a contribué à hauteur de 990 000 euros.

Le conseil de direction a transféré 75% de la subvention à la Fondation, 742 500 euros, dans un compte dont l’unique propriétaire était l’accusé.

Le 29 juin 2009, Lpez a demandé à Torrijos une prolongation de la période d’exécution de six mois et « la raison n’était autre que le non-paiement de la subvention ».

Le 24 juillet, le contrôleur a insisté sur ses « avertissements » et a affirmé que « manque de paiement Elle est due à la non-justification des subventions précédemment accordées à ladite Fondation « , bien que la prolongation du mandat ait été approuvée.

Le 25 mars 2011, López a renoncé à la totalité de la subvention, tandis que le 29 juin, l’auditeur a publié un autre rapport parce que la Fondation avait demandé une contribution extraordinaire à restaurer votre patrimoine, ce à quoi il a répondu que, selon la vérification, «le rapport entre les dépenses engagées et les fins que la Fondation susmentionnée doit se conformer au règlement n’est pas prouvé».

Quant au dossier 98/08, il conclut «à la nécessité de rembourser l’intégralité du paiement effectué majoré des intérêts à cette date, 55 534,90 euros».

Concernant la destination des 742 500 euros, entre décembre 2009 et avril 2010, 259 288,48 euros ont été dépensés pour la masse salariale, 60 000 pour constituer un gage, 41 747,69 pour le matériel de copieur et poubelle et 10 352,61 pour les factures des agences de voyage, comme détaillé par le magistrat.

Le solde de la Fondation au 20 avril 2010 était de 74,16 euros, de sorte que « en pratiquement quatre mois, tout le montant reçu disparaît en des dépenses qui n’ont rien à voir avec les projets« , ajoute le juge.

«Sans aucun doute, les revenus perçus réglaient la liquidité des caisses de la Fondation, ne permettant pas le développement du projet mais la subsistance de les emplois par le paiement de la masse salariale et des versements à la Sécurité sociale », poursuit-il.

L’arrêt, rendu par le bureau de communication de la Cour supérieure de justice andalouse (TSJA), souligne que López disposait de « preuves complètes » que la manière d’agir de la Fondation en matière de subventions était « anormale » et qu’elle était destinée aux fins prévues. seulement «47% de ce qui a été reçu».

Au contraire, il a laissé «inactif» et a fait défaut «au moins partiellement» les six autres.

Le juge considère que là « une violation insupportable et grossière de la subvention » et « un désastre réel et absolu pour l’esprit de quiconque voudrait observer l’esprit de coopération qui semble se dégager des conditions de l’accord ».

Le magistrat considère que le condamné a voulu «directement» obtenir l’argent, «surmonter les obstacles qui ont empêché son arrivée» et affecter la subvention «aux frais généraux de personnel et aux dettes auprès de la Sécurité sociale».

A tout cela s’ajoute « un mépris manifeste et absolu des règlements du conseil municipal », bien que le magistrat regrette également « le manque absolu de finalité juridique et financière dans la gestion des subventions ».

Vous pourriez également aimer...