Un homme arrêté après avoir tué sa femme de 76 ans de plusieurs coups à la tête à Pozuelo de Alarcn

Les agents ont arrêté dans la rue le meurtrier qui poursuivait sa femme à la porte de sa maison. Il a utilisé un vase pour mettre fin à ses jours

Arrêté dans la rue après avoir tué sa femme de 74 ans d’un coup à la tête à Pozuelo
  • Événements Un homme tire sur son partenaire à Pozuelo de Alarcn puis se suicide

Miguel, un homme de 79 ans, a été arrêté ce jeudi matin par la police nationaleIl aurait tué sa femme de 76 ans de plusieurs coups à la tête avec un vase dans la rue Neptuno dans la municipalité madrilène de Pozuelo de Alarcn. L’agression a eu lieu à l’entrée de la maison jumelée où résidait le couple, selon Emergencias 112 Comunidad de Madrid. Le criminel présumé et la victime sont de nationalité espagnole. Il n’y a eu aucune plainte antérieure de la femme envers son partenaire. L’enquête est en charge du Groupe V des Homicides de la Police Nationale.

L’événement s’est produit vers midi et demi jeudi soir lorsqu’un voisin a appelé le 112 parce qu’il avait trouvé une femme inconsciente dans la rue avec des signes de violence.

Des agents de la police municipale de Pozuelo de Alarcn, de la police nationale et des agents de santé de Summa-112 se sont rendus sur les lieux. Les médecins n’ont pu confirmer la mort des femmes à la suite d’un traumatisme crânien. De même, les psychologues Summa-112 ont donné assistance psychologique aux trois enfants de la victime qui se sont rendus sur les lieux lorsqu’ils ont été informés par les voisins du meurtre de leur mère, Luisa Emilia, commis par leur père.

Quelques minutes plus tard, l’auteur présumé du crime a été arrêté. C’est le mari du défunt qui a chassé sa femme à l’entrée du châle avec un vase à la main. Ses vêtements étaient tachés de sang.

Les premiers indices sont que le meurtrier et la victime se sont disputés à la maison. La femme est venue à la porte du châle en fuyant. Elle a été frappée par son mari et frappée à la tête avec un vase.

Traces de sang de la femme à l'entrée de la maison et dans les escaliers.
Traces de sang de la femme à l’entrée de la maison et dans les escaliers.LA VILLA FERNANDOEFE

A midi ils étaient encore visibles une grande tache de sang sur les neuf échelons de l’escalier d’entrée de la maison au numéro 47 de la Calle de Neptuno, dans le quartier de Los Planetas de Pozuelo. Il y avait aussi dans le patio plusieurs morceaux du vase que Miguel utilisait pour battre sa femme.

Les voisins du couple veillent à ce que Miguel et Luisa vivent seuls. L’homme possédait une entreprise de vente de voitures et elle avait toujours travaillé à la maison et s’était occupée de ses enfants. Les résidents disent que c’était un mariage parfait et heureux. Ils n’avaient jamais rien entendu d’étrange ou de bagarre. Certains expliquent que Miguel avait un début d’Alzheimer et qu’il prenait des médicaments, un extrême qui a été confirmé par la Police Nationale.

Une fille du couple était venue ces jours-ci chez ses parents. De retour à la maison et après avoir passé la nuit chez des amis, il retrouve sa mère décédée à la porte du châle.

Façade de la maison où j'habitais
Façade de la maison où habite le couple.LA VILLA FERNANDOEFE

Avec ce crime Il y a déjà 27 femmes tuées par des violences sexistes cette année en Espagne, dont sept dans la Communauté de Madrid et deux à Pozuelo de Alarcn, la commune la plus riche d’Espagne.

La Délégation gouvernementale contre les violences de genre a confirmé ce jeudi le caractère macho du meurtre de Pozuelo, portant le nombre de meurtres aux mains de leurs partenaires ou ex-partenaires jusqu’à présent cette année à 27, et 1 105 depuis 2003. .

Comme l’a confirmé sur Twitter la Délégation du Gouvernement, la victime, Luisa Amelia, avait trois enfants majeurs, et il n’y a eu aucune plainte antérieure pour violence sexiste contre l’agresseur présumé.

Le ministre de la Présidence, de la Justice et de l’Intérieur de la Communauté de Madrid, Enrique Lpez, a montré son choc face au cas présumé de violence sexiste dans la municipalité de Pozuelo de Alarcn et a assuré qu’ils travailleraient sur des « mesures efficaces ».

« En tant que fonctionnaires, il est de notre devoir moral de continuer à travailler sans relâche sur des mesures efficaces qui peuvent mettre fin à ce terrible fléau qu’est la violence sexiste », a déclaré López sur ses réseaux sociaux.

Vous pourriez également aimer...