Un homme d’affaires asturien dénonce un cheikh saoudien pour l’avoir fraudé dans un projet urbain et l’avoir ruiné

« Je lui ai fait confiance, il m’a dit que le prince [heredero] Le Saoudien était derrière et je lui ai donné 49% de ma société pour un euro », dénonce Vctor Fernandez

V
Vctor Fernndez serre la main de Cheikh Nasser Bader K. Almutairi lors de la signature de l’accord.EM
  • International Mohamed Bin Salman étend sa campagne d’arrestations contre des princes accusés d’avoir fomenté un coup d’État dans un palais
  • Profil Mohamed ben Salmane, montée à la succession saoudienne

L’homme d’affaires de Gijon Victor Fernandez Il ne comprend toujours pas comment ils ont pu le tromper comme ça. Il y a deux ans, un cheikh saoudien l’a contacté, s’enquérant de ses deux sociétés Teexmicron Technologies et Systèmes de construction Franchises internationales. L’idée était de construire trois bâtiments durables, le premier en Riad avec des brevets qui lui appartiennent. Pour ce faire, le cheikh financera le projet à hauteur de 55 millions et l’homme d’affaires de Gijons lui cédera 49% des parts de ses deux sociétés pour un euro symbolique. Et donc ils l’ont signé devant un notaire de Gijn en janvier 2019. « A l’époque, il devait avancer 5% par projet, 2,7 millions d’euros, mais on n’a pas encore vu un dollar, et on n’a rien entendu de lui. Allez, c’est une arnaque au livre. Je lui ai fait confiance car il m’a dit que le prince Saoud était derrière le projet. »

Et le problème n’est pas seulement que ce projet, qui allait générer en Asturies une trentaine d’emplois, ne seront pas réalisés, mais, depuis, les entreprises de Victor sont totalement sous-capitalisées et sans travail. « Divers groupes d’investissement étrangers se sont intéressés à nos idées, mais comme 49 % des actions sont détenues par cet individu, nous ne pouvons rien faire. J’ai des personnes au chômage. Il calcule que les dommages causés jusqu’à présent dépassent les trois millions d’euros.

Ils ne savent plus quoi faire, leur dernière étape a donc été de porter plainte contre le cheikh Nasser Bader K. Almutairi dans lequel ils somment aussi le prince de déclarer, Mohammad Bin Salman bin Abdulaziz Al Saud, pour voir s’il est vrai qu’il savait et était derrière ce projet.

Et c’est que non seulement il a repris son entreprise, mais lorsqu’il était à Gijn en 2019, il est également reparti avec « une documentation de brevet, des plans et même une de nos machines », déplore désormais Vctor. « Il nous a dit qu’il voulait le plaquer d’or pour le donner au monarque et sûrement ce qu’ils ont fait était de le vider pour voir comment il était fait. »

Il le sait car ces derniers jours, un fait divers est paru dans la presse dans lequel il se rend compte qu’en Arabie Saoudite un projet est en cours pour créer La ligne, qui fait partie d’une cité-état futuriste qui doit être construite et pense que sa technologie pourrait être derrière elle.

Vctor regrette désormais son excès de confiance envers le cheikh. Souvenez-vous maintenant quand il est passé par Gijn pour signer le contrat devant un notaire. « On lui a payé l’hôtel, on l’a invité à tout, ils l’ont même accueilli à la mairie. Allez, c’était comme Bienvenue Monsieur Marshall« Alors le cheikh, rappelle l’homme d’affaires », a déjà fait des déclarations aux médias dans lesquelles il a assuré que le prince était derrière ce projet, d’où notre intérêt à ce qu’il déclare ».

Vous pourriez également aimer...