Un juge de Barcelone dispense un élève d’utiliser le masque en classe car cela met sa santé en danger

L’utilisation du masque provoque des dommages tels que des maux de tête sévères, des vomissements et des troubles neurovégétatifs.

Ni
Enfants à la porte d’une écolePresse Araba

Un juge de Barcelone a autorisé un élève mineur à ne pas porter de masque en classe car sa famille a prouvé que l’utilisation de cette protection contre le coronavirus lui cause des préjudices tels que maux de tête sévères, vomissements et troubles neurovégétatifs.

Cela a été convenu par le président du tribunal administratif contentieux numéro 7 de Barcelone dans une résolution, à laquelle Efe a eu accès, dans laquelle il accepte la mesure très conservatoire demandée par les parents du mineur afin que leur enfant être dispensé du port du masque en classe dans le cours qui commence lundi prochain en Catalogne.

Le juge souligne que les parents ont prouvé que l’utilisation du masque peut porter préjudice à leur enfant d’un point de vue médical, par « votre santé est en jeu », car ils fournissent des certificats qui confirment que, en raison de l’utilisation de cette protection, le garçon souffre de graves maux de tête, de vomissements et de troubles neurovégétatifs.

Intérêt du mineur

Face à cette situation, le juge conclut qu’une fois ces dommages avérés, l’intérêt particulier du mineur doit prévaloir sur l’intérêt général du reste des camarades et des enseignants chargés de leur éducation, « qui, avec l’obligation utilisation du masque à l’intérieur de l’école, ils sont protégés lorsqu’ils entrent en contact avec lui.

Le juge rappelle que l’article 6.2 du décret de juin 2020 qui impose le recours à cette protection précise qu’elle ne sera pas exécutoire « pour les personnes atteintes d’une maladie ou une détresse respiratoire pouvant être aggravée par l’utilisation d’un masque ou qui, en raison de leur situation de handicap ou de dépendance, n’ont pas d’autonomie pour retirer le masque, ou présentent des altérations du comportement qui rendent son utilisation infaisable ».

Tenant compte à la fois de cet article et des conséquences que l’utilisation du masque entraîne pour le mineur, attesté par les certificats médicaux, le juge constate que « ce n’est pas obligatoire » porter cette protection en classe.

Le juge considère également que la demande de cette défense par voie d’appel aux mesures extrêmement conservatoires est justifiée compte tenu de laà « urgence spéciale » du cas, puisque l’année académique 2021-2022 commence en Catalogne le lundi 13 septembre prochain.

Dans ces cas de « urgence spéciale », soutient le juge, des résolutions peuvent être adoptées sans entendre la partie adverse, en l’occurrence la Generalitat, qui peut présenter les allégations qu’elle juge opportunes car cette résolution est susceptible d’appel dans un délai maximum de trois jours.

Vous pourriez également aimer...