Un « Oktober fest » social-démocrate | Espagne

Felipe Gonz
Felipe Gonzlez et Pedro Snchez, à Valence.E. ERCOLANAIS

La principale innovation de Pedro Sanchez Pour l’histoire des gouvernements espagnols, cela continue d’être la passation de la barre de La Moncloa à un expert en marketing électoral. Le siège du Cabinet de la Présidence avait toujours correspondu à des personnes de la plus haute qualification institutionnelle, dont on disait que l’Etat était dans leur tête. L’intronisation de Ivn Redondo dans cette position, il s’agissait de transformer radicalement la manière dont le pouvoir exécutif allait s’adresser à ses administrations, qui cessaient d’être traitées en citoyens pour devenir des consommateurs d’événements politiques.

L’accès inhabituel au gouvernement Sanchez par une motion de censure destructrice, c’est-à-dire sans soutien suffisant pour construire une alternative stable, n’a laissé aucune autre option. La rapidité a dû être privilégiée par rapport à la cohérence et l’activité de l’Exécutif est devenue une succession de slogans et d’impacts visuels à obsolescence programmée. Avant que l’accomplissement d’une promesse n’expire, une autre est mise en place pour la faire oublier.

Il est frappant de constater que Redondo lui-même a été la victime la plus notoire de sa propre stratégie. Celui qui l’a signé pour envelopper la conversation publique dans un almanach Netflix expose aujourd’hui son limogeage comme un pari pour la purification de la politique, un retour aux origines, à l’authenticité socialiste. Il a également été remplacé par son ennemi juré, un homme avec des lunettes en plastique, un discours sobre, un costume gris et un cintre de fonctionnaire appelé Flix Bolaos.

Ces jours-ci, l’ancien tout-puissant contremaître de l’appareil de la Moncloa fait un pèlerinage de télévision en télévision pour tenter de placer son encyclopédie du candidat imbattable au milieu d’insinuations torrides sur les coulisses de l’État. Et pendant ce temps, son ancien patron présente le nouveau PSOE à Valence comme une fête vermifugée de tout le superflu. Le résultat est on ne peut plus encourageant pour lui, si abondant qu’il permet Felipe González sa minute de dissidence mélancolique, comme un constitutionnaliste sur TV3.

La seule chose solide continue d’être le pouvoir (ce n’est pas une innovation de Sánchez) et de l’absence de doutes sur qui l’incarne de manière de plus en plus verticale, le format et le développement du Congrès socialiste ont émergé. Dans celle-ci fête d’octobre de bisous et de câlins, les délégués ont approuvé le rapport de gestion sans vote ni débat. Et sûrement, sans le lire. C’est-à-dire par acclamation et vénération envers le chef. Ce fait contient un deuxième paradoxe. Ce document correspond au mandat du précédent Secrétaire de l’Organisation, Jos Luis balos, purifié aussi parce que le chef sentait le rance sans même une explication qui chasserait les ragots.

Dans la bulle d’émotion sociale-démocrate qui couvre la Foire de Valence, il n’y a pas de place pour le prix du gaz, ni pour la négociation des budgets avec Junqueras ou Bildu. Seulement pour le baume après deux ans de dure opposition de la droite et pour l’exaltation de l’identité socialiste comme génératrice de droits sociaux. Ce n’est pas que le parti soit mort, mais qu’il soit en fête. Et dans les soirées, vous ne débattez pas, vous buvez. L’apothéose de la politique liquide.

Vous pourriez également aimer...