Un tribunal de Barcelone enquête sur des éleveurs pour trafic de tortues terrestres protégées

Le procureur a dénoncé plusieurs personnes dans toute l’Espagne qui ont utilisé de faux documents pour vendre et acheter des copies

Opération
Opération policièreLA GENDARMERIE
  • À l’intérieur eggsufs de reptiles dans la valise : en tant que groupes criminels trafiquant d’espèces protégées

Bien que cela puisse ne pas en avoir l’air, la contrebande de tortues vivantes est l’une des plus lucratives qui existe. C’est ainsi que l’enquête a suivi au Tribunal d’Instruction numéro 29 de Barcelone contre une douzaine de personnes, parmi lesquelles se trouvent des éleveurs de centres spécialisés, pour prétendument falsifié des documents de copies pour en enregistrer d’autres et pouvoir commercer avec eux, en plus de d’autres infractions possibles qui doivent être précisées dans l’affaire judiciaire telles que contre la faune, le blanchiment d’argent ou l’appartenance à un groupe criminel.

L’enquête a commencé en 2017 à la suite d’une action de la Garde civile contre un gang international pour trafic illégal d’espèces qui s’est ajoutée à une autre initiée par les Agents ruraux de la Generalitat contre un éleveur de reptiles à Gérone qui a été découvert par plusieurs spécimens de tortues protégées qu’il rapporte d’une foire en Allemagne. Après avoir constaté un terrain d’entente, le parquet de Barcelone pour l’environnement a déposé une plainte devant le tribunal en 2018 contre le principal suspect qui a ordonné les écoutes téléphoniques.

Ainsi, au cours des plus de deux ans d’enquête sur les actions secrètes, il a été déterminé qu’il existe plusieurs personnes dédiées à la commercialisation de tortues protégées qu’elles auraient frauduleusement amenées de diverses îles indiennes, telles que Madagascar, Maurice ou les Seychelles. Selon le bureau du procureur, ils sont protégés par des réglementations internationales strictes qui restreignent leur vente, leur capture, leur échange ou leur élevage en captivité.

Contrôle des frontières

Ainsi, il est recherché si des espèces, comme les Etoiles de Madagascar ou la tortue géante d’Aldabra, ont été importées, vraisemblablement à l’aide de faux documents liés à leur légalisation par le Service Officiel d’Inspection, de Surveillance et de Régulation du Commerce Extérieur (SOIVRE) de la Direction Générale du Commerce Extérieur et du Commerce Gouvernemental, l’entité qui réglemente l’entrée de ces animaux. Concrètement, des documents délivrés par d’autres pays de l’Union européenne de copies de faune sauvage protégée, nécessaires à leur commercialisation, ont été fournis, qui ne concordaient pas toujours avec les animaux dont ils disposaient.

De plus, l’accusé aurait utilisé les différences entre les lois de chaque pays car alors qu’en Espagne une puce est commandée pour ce type d’animaux dans d’autres endroits, seul un document d’identification est nécessaire. Les éleveurs ont l’obligation de retirer les puces lorsque la tortue meurt, les chercheurs considèrent donc qu’un moyen de blanchir les nouvelles espèces importées était de ne pas les déclarer à la SOIVRE. Ainsi dans les entrées et les registres des écloseries, des carapaces de tortues décédées avec des éclats ont été retrouvées. Précisément, étant des centres d’élevage et ayant des tortues accouplées, ils ont également utilisé les spécimens morts pour les remplacer par d’autres non déclarés, selon l’enquête.

350 tortues

Le tribunal maintient une douzaine de personnes de toute l’Espagne sous enquête. En octobre 2020, des agents ruraux et des membres de la Seprona de la garde civile ont ordonné 15 entrées et perquisitions à Barcelone, Gérone, Murcie, Corua, Las Palmas de Gran Canarias et Madrid et plusieurs personnes accusées de crime contre la faune ont également été arrêtées. de saisir 350 spécimens de tortues protégées vivantes et divers coquillages. Les agents ont démantelé un réseau de vétérinaires qui fournissaient de faux documents, facilitant le « blanchiment » d’animaux obtenus par le biais de trafics illégaux. Avant cette opération, les enquêteurs avaient réussi à intercepter des envois postaux avec des bébés tortues à destination des accusés, alertés par l’administration.

Le prix de certains de ces spécimens oscille entre 10 000 et 30 000 euros et le groupe enquêté vend à des élevages d’autres pays comme la Belgique, l’Allemagne, l’Italie, Malte ou le Portugal, entre autres, afin qu’ils aient pu commettre des délits économiques comme le blanchiment d’argent ou fraude contre le Trésor puisqu’il n’a pas déclaré ces ventes ou les a simulées comme des dons. En ce sens, on estime qu’ils auront gagné des centaines de milliers d’euros sur plusieurs années.

Tortue ‘mules’

Dans une autre opération menée par un tribunal d’El Prat de Llobregat, le procureur accuse un détenu d’un crime contre la faune en avril 2019 à l’aéroport de Barcelone avec 76 bébés de tortues géantes d’Aldabra dans sa valise. Il vient des Seychelles et a été arrêté par les agents. Un rapport d’expertise valorise ces spécimens à 112.000 euros. À la suite de cette saisie, une entrée et une perquisition ont été effectuées dans une ferme de Sant Viicen de Montalt dans laquelle de nombreuses espèces protégées de reptiles ont été trouvées, avec lesquelles il aurait fait l’objet d’un commerce frauduleux.

Vous pourriez également aimer...