United We Can, pas pressé de choisir un candidat : ​​considérez l’avance électorale comme exclue et attendez février

IU et Podemos dressent une feuille de route qui passe, dans un premier temps, à renforcer la coalition United We Can et forger de nouvelles alliances entre la gauche

Le L
Les dirigeants d’IU et Podemos en Andalousie, Toni Valero et Martina Velarde, au siège des « morados » à Séville.PRESSE EUROPE

Podemos et Izquierda Unida ont été secoués l’année dernière par les effets d’un schisme au sein de la gauche à gauche du PSOE qui les a contraints à reprendre leur souffle et reconstituer. Surtout à Podemos, mais aussi à IU.

La rupture, d’abord au sein de Podemos avec le départ de Teresa Rodríguez et de ses associés, puis au sein d’Adelante Andaluca, entre IU et les anticapitalistes du leader politique de Cadix, a laissé un empreinte profonde dans les deux formations et les répliques de cette sismique ont été ressenties au cours de ces mois où le projet commun de United We Can pour l’Andalousie a été, pour le moins, figé. Ou presque.

Cela explique, au moins en partie, que dans la course aux prochaines élections régionales qui, ces mois-ci, se sont rapprochées et éloignées à plusieurs reprises, l’alliance entre IU et Podemos est restée en retard. Alors que les deux principaux partis, le PSOE et le PP ont déjà plus qu’élu leurs têtes d’affiche, Unidos Podemos non seulement n’a pas de candidat -Vox n’en a pas non plus et Ciudadanos doit passer par des primaires bien que personne ne doute qu’il s’agisse de Juan Marn-, mais, de plus, ils ont encore un long chemin à parcourir à leur confluence.

Des sources de Podemos expliquent que, d’une certaine manière, « il n’y a pas de volonté » d’entrer dans un processus, celui des primaires pour choisir les candidats, ce qui provoque toujours des tensions après ce qui a été vécu, une rupture traumatisante qui a obligé à reconstruire la structure du parti, parfois, à partir de zéro.

Aux difficultés internes, qui ne sont pas rares, il faut ajouter une raison de plus qui explique que les temps à IU et Podemos se soient ralentis. Et c’est que dans les deux partis alliés ils sont convaincus qu’il n’y aura pas avance électorale à court terme. Qu’il y ait des élections anticipées en Andalousie « ne semble pas probable dans l’immédiat », indique le rapport politique de l’UI-CA issu de la première réunion qui, le week-end dernier, a tenu la nouvelle direction élue à l’assemblée de juillet.

Pour cette raison, l’élection du candidat à la Junta de Andaluca n’est pas la première sur la liste des priorités et prendra plusieurs mois, presque une demi-année. C’est ainsi qu’il apparaît dans la feuille de route qu’ils ont élaborée et qui figure dans le rapport politique que la direction de l’UI en Andalousie vient d’approuver et dans lequel sont tracées les grandes lignes de la stratégie non seulement de la formation dirigée par Toni Valero, mais aussi de la coalition United We Can forAndalousie qu’il promeut avec le parti violet.

Au moins jusqu’au mois de février, selon le document et les sources d’IU consultées, le processus d’élection de la tête d’affiche d’un liste commune. Ce sera après avoir abordé le renforcement de l’alliance elle-même et du programme.

Parce que la première chose serait de promouvoir Unidos Podemos por Andaluca en tant qu’organisation et c’est la tâche sur laquelle les deux groupes se concentrent en ce moment. Il s’agit de la première phase du feuille de route rédigé et exécuté jusqu’à début décembre. La prochaine, jusqu’à fin février et juste avant l’élection des candidats, sera la phase de programme puis les primaires.

Entre le 1er mars et le 14 avril, le processus interne d’élection des membres du listes dans chaque province et avant, pendant ou immédiatement après, le candidat à la présidence sera élu.

De telle sorte qu’à partir du 14 avril, United We Can for Andalousie entrera officiellement dans le « phase électorale » et il activerait la pré-campagne, d’abord, et la campagne électorale, une fois les élections déclenchées, ensuite.

L’engagement envers United Podemos ne se discute ni au sein d’IU ni au sein de Podemos, d’autant que, admet la coalition dirigée par Valero, les attentes électorales ne sont pas du tout flatteuses en Andalousie. Dans le rapport politique de la direction, il est littéralement parlé de « manque d’enthousiasme dans l’électorat de gauche. « Les prochains mois, ajoute le document, seront décisifs.

Ce dernier est même partagé par les critiques au sein de la Gauche unie, qui diffèrent, oui, en termes de temps.

Des sources de ce secteur, qui ont présenté une liste alternative à celle de Toni Valero, ont indiqué à EL MUNDO qu’elles étaient favorables à l’ouverture du melon des primaires et à l’élection dès que possible le candidat (ou le candidat) parce qu’ils ne voient pas aussi clairement que la direction que les élections ne vont pas être anticipées.

À propos de qui sera ce candidat, IU et Podemos s’assurent qu' »officiellement » il n’y a rien et qu’il n’est pas sur la table en ce moment qu’un candidat de dehors. « La chose la plus logique », affirment ces sources, c’est que c’est quelqu’un qui travaille déjà en Andalousie, ce qui désignerait Toni Valero ou Martina Velarde.

Précisément, l’une des questions les plus délicates de ce processus sera de déterminer le poids de chaque formation au confluent. Bien qu’au niveau national Podemos soit plus fort et cela se reflète dans la coalition, en Andalousie la situation est inverse et la pénétration territoriale d’IU est bien supérieure à celle de Podemos.

La recette de la mobilisation

« La mobilisation sociale doit être notre priorité », affirme également le rapport politique, qui établit quelle est la recette qui peut réactiver à cet électorat de gauche en manque d’enthousiasme en ce moment et en proie, ajoute le document, à la « résignation ».

Dans cette ligne, suivez la direction de IU, vous avez besoin d’un « révulsif » ce qui implique « de déployer la confluence sur tout le territoire, d’élargir les alliances et de favoriser la mobilisation sociale ». Et cela signifie soutenir et promouvoir toutes les actions de protestation qui sont en cours ou qui pourraient être organisées.

Les calendrier L’une de ces mobilisations comprend la manifestation du 14 octobre à Séville pour la défense de la santé publique ou celle convoquée par le mouvement écologiste le 13 novembre également dans la capitale andalouse.

Vous pourriez également aimer...