Vox dénonce le youtubeur Esty Quesada pour avoir dit que les électeurs de Vox doivent être « tués » dans une interview avec Rufin

Rufin se démarque des déclarations : « Je ne partage pas et ne condamne pas ses propos »

Esty Quesada, interviewé par Gabriel Rufi
Esty Quesada, interviewé par Gabriel Rufin à La Fbrica.

Vox a annoncé qu’il allait engager une action en justice contre le youtuber Esty Quesada, connu comme je suis un pringada, qui, selon la formation de Santiago Abascal, a déclaré que ses sympathisants avaient dû être « tués » lors d’un entretien mené par le porte-parole de CER dans le Congrès, Gabriel Rufin, au L’usine, votre chaîne Youtube.

C’est ce qu’a déclaré ce samedi le porte-parole de Vox au Congrès, Ivn Espinosa de los Monteros, qui, dans des déclarations aux médias en Tour (Malaga), a considéré que les propos exprimés par le créateur de contenu dans le programme de Rufin sont « extrêmement sérieux » et a reproché au porte-parole CER pour ne pas avoir empêché la diffusion de ces déclarations.

« Ce n’est pas un programme en direct, il a donc eu l’occasion d’avoir modifié ou évité ce qui est une menace claire pour la vie des quatre millions d’électeurs de Vox», a-t-il assuré, après avoir souligné qu’ils ne toléreront « jamais, même pas une personne comme Rufin« que certains des électeurs de Vox sont agressés ou menacés, pour lesquels il a rappelé que le service juridique de la formation engage déjà une action en justice.

« Nous avons clairement identifié nos deux rivaux, qui sont la gauche et le séparatisme d’exclusion, et Rufin symbolise les deux », a déclaré Espinosa de los Monteros, qui a ajouté que Vox « ne couvrez jamais ceux qui demandent meurtre ou agression », car ils sont « meilleurs qu’eux ».

Enfin, le député national a assuré qu’il ne pouvait pas tenir l’enquêteur pour responsable de ce que dit l’enquêté mais il l’a publié, et a demandé au porte-parole CER dans le Congrès rectifier et s’excuser d’avoir diffusé le programme et de ne pas l’avoir évité, ce qui était du « bon sens ».

Rufin « condamne » les déclarations

Pour sa part, Gabriel Rufin a été démarqué des propos de la youtubeuse et de l’actrice. « Je ne partage pas et ne condamne pas les paroles de Esty Quesada » a souligné Rufin dans une interview à La Sexta, après les critiques reçues pour son silence.

« Il n’y a aucune idée qui mérite d’être mise en œuvre par la violence. Condamnez toujours la violence », a-t-il déclaré. Rufin. Oui, il a indiqué que L’usine, sa chaîne YouTube dans laquelle il mène des interviews avec diverses personnalités publiques, « ce n’est pas un débat » : « Je fais des interviews, je ne suis que le miroir du personnage », a-t-il souligné.

De la même manière, il a critiqué le fait que certaines des personnes qui l’ont accusé d' »incitation à la haine » pour cette interview et qui « parlent de liberté », « s’étonnent quand quelqu’un l’exerce de manière aussi brutale que Esty Quesada« , a indiqué.

Le Citoyen Leader, Ins Arrimadas, a fait partie de ceux qui ont reproché à Rufin de « ne pas flancher » après les déclarations de l’actrice. « Ce sont des paroles de haine et d’incitation à la violence contre le peuple de Vox. Et Rufin ne se laisse pas décourager. Les mêmes personnes qui veulent interdire les compliments aux femmes dans la rue sont sûres de défendre que ces atrocités peuvent être libérées en toute sérénité », a-t-il tweeté.

Vous pourriez également aimer...