Yolanda Daz entretient la tension avant la rencontre avec le PSOE : « Une partie du gouvernement ne veut pas changer le modèle du travail »

Le deuxième vice-président et ministre du Travail, ce s
Le deuxième vice-président et ministre du Travail, ce samedi lors d’un événement CCOO.MaréchalEFE
  • Le panel Marié consolide sa majorité et Sánchez stagne devant l’irruption de Yolanda Daz
  • Une analyse Yolanda Daz fait exploser le champ de mines du gouvernement, par Luca Mndez

Les flammes de l’incendie au sein du gouvernement ont perdu un peu d’intensité au cours du week-end, mais l’incendie continue. La réforme du travail est une question nucléaire. C’est effectivement un point d’achoppement. Deux partenaires avec des intérêts ou des approches différents. « C’est un moment délicat », confirme la vice-présidente Yolanda Daz, quelques heures avant la réunion de la table de suivi de l’accord de coalition – elle le fera cet après-midi – avec la réforme du travail comme thème central. Bien qu’ils tentent de calmer les eaux, la tension demeure : « Il y a une partie du gouvernement qui ne veut pas changer le modèle du marché du travail », dit Daz.

La lettre de jeudi soir de la première vice-présidente Nadia Calvio où il est apparu qu’elle prenait le commandement de la négociation de la réforme du travail et l’annonce d’un procès par United We Can contre Meritxell Batet, président de la Congrès, pour enlever le siège, c’était de l’essence. Un week-end d’appels entre partenaires pour tempérer les esprits et la prise de conscience qu’il n’y aura finalement pas de procès contre Batet ont fait baisser les décibels, mais la tension reste latente.

« Il y a une partie du gouvernement qui continue de discuter du contenu » de la réforme du travail à ce jour, a été le message de Daz à la partie socialiste du gouvernement. Dans le secteur économique du PSOE, on se méfie de la profondeur de la négociation de Daz avec les agents sociaux et de sa prédisposition à prioriser le calendrier et non le pacte, c’est-à-dire mener la réforme avant le 31 décembre avec ou sans accord avec les PDGE -comme cela s’est déjà produit avec la hausse du salaire minimum-. Le PSOE veut un accord sos avec le CEOE.

Dès la deuxième vice-présidence, ils expliquent qu’il ne s’agit pas de leadership ou d' »ego », après ce qu’ils considèrent comme une « ingérence » de Calvio ou le soutien de Pedro Sánchez à cela pour coordonner le travail. Ils insistent sur le fait qu’il s’agit de « contenu » et qu’ils travaillent depuis la mi-mars. « Il ne s’agit pas de savoir qui dirige, mais de ce que nous allons faire dans la principale réforme du marché du travail », a déclaré Daz, en visite ce lundi à Galice.

La lutte est claire entre les positions du PSOE et celles de United We Can. Ainsi, les dirigeants des deux formations s’assoient cet après-midi pour mettre en scène l’unité, car le travail de terrain se fait en coulisses, dans les appels et les échanges de vues des dernières heures. Daz rappelle également aux socialistes que ce qui a été signé dans le pacte gouvernemental concerne non seulement les partenaires de la coalition, mais est également soutenu par les partenaires de la gouvernance, ceux qui soutiennent l’exécutif – les forces nationalistes et minoritaires au Congrès. .-

Le nœud du problème est la profondeur des mesures. Pour autant, puisque les deux partenaires gouvernementaux admettent que l’abrogation de la réforme en tant que telle n’est pas envisageable, mais elle démantèle les aspects qu’ils jugent les plus néfastes.

Que dit le pacte du gouvernement PSOE-United Podemos ? « Nous abrogerons la réforme du travail. Nous récupérerons les droits du travail retirés par la réforme du travail de 2012. Nous favoriserons la protection des travailleurs dans le cadre du dialogue social et nous récupérerons le rôle des conventions collectives. »

Bien sûr, il limite les champs d’action, n’envisageant pas une démolition complète de la réforme. Il est question de modifier l’article 42.1 du statut des travailleurs, abrogeant « la possibilité de licenciement pour absentéisme causé par un arrêt de travail ; abrogeant » les limitations au champ d’application temporel de la convention collective, en la faisant aller au-delà des dispositions qu’elle contient, après l’expiration de sa validité et jusqu’à la négociation d’un nouveau  » ; ou abroger  » la priorité d’application des accords d’entreprise sur les accords de branche « .

Que dit l’engagement de l’Espagne envers Bruxelles concernant les fonds européens, le soi-disant volet 23 ? « Pendant des décennies, le marché du travail espagnol a traîné sur des déséquilibres importants qui aggravent les cycles économiques, entravent les augmentations de productivité, augmentent la précarité et creusent les écarts sociaux, territoriaux et de genre. Afin de promouvoir une croissance inclusive et durable du point de vue économique et social et garantissant la sécurité juridique, il est nécessaire d’aborder par le dialogue social un ensemble équilibré et cohérent de réformes qui permettent de réduire le chômage structurel et le chômage des jeunes, de réduire l’emploi temporaire et de corriger la dualité du marché du travail, d’augmenter l’investissement dans l’emploi dans le capital humain, de moderniser les instruments de négociation et accroître l’efficacité et l’efficience des politiques publiques de l’emploi ». Et une série de réformes sont détaillées.

Dans cette perspective, la coalition gouvernementale est-elle en danger ? Toutes les sources gouvernementales consultées indiquent que non. « Le sang n’atteindra pas la rivière. »

Vous pourriez également aimer...