Yolanda Daz et Mnica Oltra testent à Valence une nouvelle coalition du poste de gauche United We Can

M
Mnica Oltra et Yolanda Daz, hier, avant leur rencontre à Valence.BIEL ALIOEFE
  • Proposition Yolanda Daz propose « un nouvel espace » pour rencontrer Errejn « de l’extérieur des partis »
  • Politique On peut ignorer la demande de Yolanda Daz de « prendre soin de la coalition » : « Nous continuerons à faire pression »

Le deuxième vice-président Yolanda daz s’est lancé en quête de complicité pour construire un projet d’union de la gauche capable de contester le PSOE dans lequel s’est retrouvé le vice-président valencien Monique Oltra comme allié. Si il y a quelques semaines j’ai visité Ada Colau à Barcelone, hier a priorisé la rencontre à Valence avec le leader de Comproms, qui était en suspens depuis juillet et qu’il a mis devant son propre associé, le vice-président nouvellement nommé Hector Illueca. Avec Oltra, il a fait preuve de complicité et d’objectifs partagés pour coopérer et non rivaliser.

Tous deux sont conscients que PouvonsMalgré la présence dans les gouvernements dans lesquels les deux ont des responsabilités, ils peuvent rencontrer des difficultés lors d’une future nomination électorale et ils voient la nécessité de préparer le scénario ultérieur. La voie que propose Daz passe par une grande coalition qui rassemble des partis de gauche enracinés dans les territoires pour porter le projet de pays pour la prochaine décennie qui fera le candidat galicien aux prochaines élections législatives sans la marque United We Can. .

Bien que la deuxième vice-présidente refuse de parler des candidatures et se cache dans le fait qu’elle est dans un processus d’écoute, elle n’hésite pas à reconnaître que pour atteindre cet objectif – qu’Oltra a défini comme une reconstruction sociale, économique et émotionnelle – elle il faut compter sur à plusieurs mains, pluriel, métis, contradictoire. Les gens ne veulent pas que nous pensions la même chose, ils veulent nous voir marcher ensemble, tracer un chemin, a admis Daz, que de retourner à Valence et à Alicante pour écouter, apprendre et acquérir de l’expérience. Et il veut le faire avec Monica Oltra, ce qui serait un coup.

C’est une référence, politique et personnelle. Nous sommes différents mais ce pays aimerait voir deux femmes différentes travailler ensemble, a déclaré la ministre du Travail le jour où elle a de nouveau pris ses distances avec la vice-présidente socialiste. Nadia Calvio. D’abord à cause de l’augmentation du salaire minimum et ensuite parce qu’elle envisage la réforme du système de financement. Cette position est partagée avec le Valencien, pour qui il n’y avait que des compliments, qui étaient réciproques.

Oltra : « C’est plus qu’un défi, c’est un héritage »

Oltra a pris le gant, ouvert à l’évaluation de la proposition. Nous sommes dans le quoi, puis le comment viendra, et enfin le qui. Construire un projet collectif à partir de regards différents mais diagnostic partagé C’est plus qu’un défi, c’est un héritage, a-t-il souligné. Nous devons reconstruire socialement, économiquement et émotionnellement un pays très diversifié. C’est un projet passionnant à partager avec plaisir, a assuré la cheffe de file de Comproms, qui devra convaincre ses partenaires de Mme Comproms, l’ancien Bloc, peu ami des coalitions électorales.

L’analyse d’Oltra de la proposition de Yolanda Daz est également née de son propre intérêt. Avec Podemos dans chacun de la Communauté valencienne en raison de ses différends internes, le Botnic pourrait avoir des problèmes pour remporter un troisième mandat. Si la formation violette souffre pour arriver à dépasser les 5% des voix qui marque l’entrée aux Cortès, la tripartite ne pourrait pas tenir. De plus, attirer les électeurs de Podemos serait difficile pour le PSOE, mais aussi pour Comproms, à moins qu’il ne soit jumelé avec une nouvelle force de gauche qui en fait une alternative attractive pour ceux qui voient le remplacement de Podemos dans cette grande coalition.

C’est une stratégie similaire à celle qu’ils ont tracée en 2019 avec Mme Pas de Iigo Errejn. Contre les critères d’Oltra, plutôt en faveur d’une coalition avec Podemos, Comproms a choisi de rejoindre la scission, qui s’est renforcée à Madrid mais a peu de présence nationale. C’est-à-dire que le projet doit être armé sans pause, au cas où Ximo Puig comprendrait à nouveau qu’il est conseillé d’avancer les autonomes.

Vous pourriez également aimer...