Yolanda Díaz apprécie « l’engagement » d’Oltra et souligne son « courage » de démissionner à un moment difficile

De même, le ministre de la consommation, Alberto Garzn, le responsable des droits sociaux et de l’agenda 2030, Ione Belarra, et celui de l’égalité, Irene Montero, ont également pris la défense d’Oltra

Yolande D.
Yolanda Díaz et Mónica Oltra avant une rencontre à Valence.George GilPRESSE EUROPÉENNE
  • Valence Mónica Oltra démissionne du gouvernement et des tribunaux après avoir été accusée d’avoir dissimulé les abus sexuels de son ex-mari
  • Monique Oltra La dirigeante de gauche empêtrée dans ses propres lignes rouges

Le deuxième vice-président et ministre du travail et de l’économie sociale, Yolanda Diaza remercié l’ancien vice-président de la Communauté valencienne, Monique Oltrason « engagement » et son « parcours » au cours de son mandat et a souligné son « courage » à prendre une « décision responsable à un moment difficile » après sa démission.

C’est ainsi que Daz s’est prononcé dans un message rédigé en Twitterrecueilli par Europa Press, après qu’Oltra a annoncé mardi sa démission de tous ses postes à la Generalitat et quitté son siège à Les tribunaux valenciens à la suite de son accusation pour la dissimulation présumée des abus sexuels de son ex-mari sur un mineur sous tutelle.

« Aujourd’hui, Mónica Oltra a fait preuve de courage en prenant une décision responsable à un moment difficile. Elle met son peuple et l’action transformatrice de la botanique. Merci pour votre engagement et votre trajectoire en faveur des droits des personnes. »

Précisément, le 13 novembre, Daz et Oltra ont rencontré le maire de Barcelone, Ada Colau et le porte-parole de Mme Madrid, Monique Garcíalors d’un événement organisé par Initiative-Comproms à Valence dans lequel les quatre politiciens, sans rapport avec leurs acronymes, ont réfléchi sur des idées et des expériences politiques sous la direction de femmes.

Cependant, la nomination a fait grand bruit au milieu du débat sur la stratégies de regroupement de la gauche pour garantir des gouvernements progressistes lors des futures élections.

Après l’accusation d’Oltra, la deuxième vice-présidente a choisi de rester prudente et son équipe a évoqué les explications que la vice-présidente offrira le 6 juillet prochain, selon des sources de son entourage, lorsqu’elle devra témoigner devant la justice sur les accusations.

SOUTIEN DES MINISTRES DE UNITED WE CAN

Aussi, le ministre de la consommation, Alberto Garznresponsable des droits sociaux et de l’Agenda 2030, Ione Belarraet celle de l’Egalité, Irène Monteroont également pris la défense d’Oltra après avoir annoncé ce mardi sa démission de tous ses postes à la Generalitat et quitté son siège au Parlement valencien.

Pour Garzn, Oltra a pris une décision « responsable » pour protéger son organisation (Comproms) et le « gouvernement progressiste » qu’elle partage avec le PSOE dans la Communauté valencienne, tout en assurant que la dirigeante politique est « victime d’ultra -haute persécution. » « .

« Il est aussi victime d’ultra persécution et de l’usage illégitime de la « justice » pour s’en prendre à des dirigeants politiques inconfortables pour les élites. Force ! », le leader de Gauche unie dans un message sur Twitter.

L’ancienne vice-présidente de la Communauté valencienne a également bénéficié du soutien de Belarra qui, selon elle, a donné l’exemple de « générosité et d’engagement envers son peuple ».

« Nous lui souhaitons le meilleur et nous la remercions pour tout le chemin que nous avons parcouru ensemble, depuis différents endroits, pour construire le changement dans la Communauté valencienne et dans l’État », a écrit la secrétaire générale de Podemos sur son compte de réseau social.

Dans ce contexte, la ministre de l’Égalité, Irene Montero, a souligné que la démission d’Oltra a servi « à protéger les politiques de transformation et de changement dans lesquelles nous nous trouvons ». « Je souhaite que vous receviez des remerciements collectifs et de l’attention pour cette décision », a-t-il souligné.

Aussi, tout au long de mardi, de nombreux postes de United We Can Ils ont mis en avant la « valeur » d’Oltra, soulignant « l’injustice » de sa démission pour cause de « persécution judiciaire ».

Ce fut le cas, par exemple, du président du groupe parlementaire UP au Congrès, James Asensqui a assuré que l’ancienne vice-présidente valencienne avait « courageusement démissionné » de ses fonctions politiques face à « une accusation sans preuves ».

Pendant ce temps, la porte-parole d’En Com Podem à la Chambre basse, Aïna Vidala également souligné qu’il s’agit d’une démission « injuste mais précieuse », générée par une « persécution judiciaire » par l’extrême droite.

De même, le leader d’En Com Podem, Gerardo Pisarelloa critiqué la façon dont « les droits ont instrumentalisé une affaire douloureuse pour se débarrasser d’une femme honnête qui leur a toujours tenu tête est misérable ».

« Je sais ce que signifie le harcèlement des médias d’extrême droite, de ses bras politiques et les tentatives de ses bras légaux de m’imputer », a rappelé l’ancien vice-président du gouvernement et ancien chef de Podemos, églises paul, qui a marqué, à son avis, que le « harcèlement contre Oltra a été de l’indécence ». « Démissionner peut être un succès politique et peut-être cela vous permettra-t-il de mieux vous défendre, mais c’est dégoûtant », a-t-il soutenu.

Vous pourriez également aimer...